À la UneMonde
A la Une

Arabie-Saoudite / Un ancien responsable du renseignement fait de terribles révélations sur le prince héritier

Un ancien responsable du renseignement saoudien a affirmé que le souverain du royaume, le prince héritier Mohammed bin Salman, avait ordonné son assassinat et pris ses enfants en otage. 

Saad Aljabri, qui était un haut responsable du gouvernement saoudien, a affirmé que le prince héritier avait comploté pour le tuer quelques semaines seulement après le meurtre de Jamal Khashoggi, l’éminent journaliste saoudien, au consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018.

Beaucoup de sources soutiennent que le prince héritier aurait orchestré le meurtre horrible de Khashoggi.

Publicité

Aljabri allègue que le prince héritier a envoyé une escouade au Canada pour le tuer en 2018, quelques jours seulement après, et a depuis emprisonné deux de ses enfants, Sarah et Omar, dans le but de le forcer à revenir. 

Arabie-Saoudite / Un ancien responsable du renseignement fait de terribles révélations sur le prince héritier

L’ancien responsable du renseignement a fui l’Arabie saoudite au Canada en 2017 lorsqu’il a été accusé de crimes financiers avec l’ancien prince héritier du royaume, Mohammed bin Nayef. 

Bin Nayef a été évincé en 2017 et remplacé par son cousin, Mohammed bin Salman, qui a accusé Nayef et Aljabri d’avoir volé des milliards de dollars à des entreprises saoudiennes.  

LIRE AUSSI: http://Arabie Saoudite : Le prince Mohammed bin Salman accusé de meurtre par la CIA

Cela survient quelques semaines seulement après que le Fonds d’investissement public (PIF) d’Arabie saoudite, dirigé par le prince héritier, a voté un budget de 305 millions de livres sterling pour le club de football de premier league Newcastle United.

En 2020, un tribunal saoudien a emprisonné deux des enfants adultes de Saad Aljabri, Sarah et Omar, pour blanchiment d’argent et complot pour s’enfuir illégalement du royaume, une décision considérée par beaucoup comme des représailles pour les crimes présumés d’Aljabri. 

Cela est intervenu après qu’Aljabri a déposé une plainte fédérale contre le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, alléguant que le royal avait tenté de le piéger et de le tuer aux États-Unis et au Canada. 

Arabie-Saoudite / Un ancien responsable du renseignement fait de terribles révélations sur le prince héritier

La plainte d’Aljabri soutient qu’une « kill team » a été envoyée pour lui au Canada seulement deux semaines après que la même équipe a tué Khashoggi en octobre 2018, mais que l’effort a été contrecarré par les responsables canadiens de la sécurité frontalière. 

Mais Aljabri lui-même fait actuellement l’objet d’un procès de plusieurs firmes saoudiennes. La société liée à l’État Sakab Saudi Holding a accusé Aljabri en mars d’avoir détourné 3,47 milliards de dollars alors qu’il travaillait au ministère de l’Intérieur sous l’ère de l’ancien prince héritier Mohammed bin Nayef.

LIRE AUSSI: http://Le téléphone de Jeff Bezos aurait été piraté par le prince héritier saoudien

Publicité 2

La poursuite est intervenue quelques semaines après que plusieurs sociétés d’État ont poursuivi Aljabri à Toronto pour des allégations similaires, incitant un tribunal canadien à geler les actifs d’Aljabri.  

Aljabri a fui le pays après que Mohammed bin Nayef a été évincé de son poste de prince héritier en 2017 par son cousin Mohammed bin Salman. Nayef réside actuellement dans une prison saoudienne.

Une interview entre Aljabri et le journaliste de CBS Scott Pelley concernant la tentative d’assassinat présumée devrait être diffusée le dimanche 24 octobre. 

L’ambassade saoudienne à Washington a publié une déclaration à CBS en réponse à l’interview, qui disait: « Saad Aljabri est un ancien fonctionnaire du gouvernement discrédité avec une longue histoire de fabrication et de création de distractions pour cacher les crimes financiers qu’il a commis, qui s’élèvent à des milliards de dollars, pour offrir un style de vie somptueux pour lui-même et sa famille. 

« Il n’a pas nié ses crimes ; en fait, il laisse entendre que le vol était acceptable à l’époque. Mais ce n’était ni acceptable ni légal à l’époque, et ça ne l’est plus maintenant.’

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page