Sport
A la Une

Athlétisme: décès de l’ancien patron mondial

Lamine Diack, ancien patron de l’athlétisme mondial condamné l’an dernier pour corruption, est mort à l’âge de 88 ans vendredi 3 décembre à son domicile au Sénégal, a déclaré son fils. Lamine Diack a dirigé la Fédération internationale d’athlétisme entre 1999 et 2015.

M. Diack était retourné au Sénégal en mai, pour la première fois depuis sa mise en examen en 2015. Il avait été retenu en France pendant des années en raison d’une affaire de corruption présumée autour du dopage en Russie.

Publicité

Le premier président non européen de l’instance, homme politique d’envergure dans son pays (maire de Dakar de 1978 à 1980, parlementaire de 1978 à 1993), a vu son bilan et sa réputation ternis par l’accumulation des accusations à la fin de sa carrière. 

Considéré comme l’un des acteurs clés d’un système de corruption visant à couvrir des cas de dopage en Russie, il avait, en septembre 2020, été condamné par la justice française à quatre ans de prison, dont deux fermes, et 500 000 euros d’amende pour corruption et abus de confiance. Il avait fait appel de cette condamnation et la date d’un nouveau procès restait à fixer.

Lire aussi: Athlétisme: le Kenya annonce sa candidature pour les Mondiaux 2023

Il avait aussi été mis en examen pour corruption passive dans l’enquête sur l’attribution des Jeux olympiques de Rio (2016), de Tokyo (2020) et des Mondiaux

Excellent sauteur, il devient champion de France en 1958 avec un saut de 7,63 mètres puis champion de France universitaire en 1959 avec une performance avec de 7,72 m. Enchainant les postes au sein des organisations sportives, il est élu premier président de la Confédération africaine d’athlétisme en 1973. Lamine Diack fait son entrée au Comité national olympique sénégalais en 1974 comme membre avant d’être porté à la tête comme président de 1985 à 2002.

Publicité 2

Son leadership et sa clairvoyance dans la gestion des organisations le portent dans le fauteuil de président de la Fédération Internationale d’Athlétisme lors d’une séance extraordinaire en décembre 1999 suite au décès de son prédécesseur. Réélu président de l’IAAF le 24 août 2011 pour quatre ans lors du 48e congrès de la Fédération, il connaitra une fin d’aventure rocambolesque avec la fameuse affaire de corruption et de blanchiment d’argent liés au scandale de dopage en Russie  ouverte en 2015.

Lire aussi: Décès de Diego Maradona: ses héritiers déjà en conflit pour sa fortune

Il laisse une image pas très reluisante pour l’athlétisme, avait jugé auprès de l’AFP Bernard Amsalem, ancien président de la Fédération française (2001-2016) et ex-membre du Conseil de la Fédération internationale (2011-2019).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page