Afrique

Bakili Muluzi : le président malawite qui avait promis de distribuer des chaussures s’il était élu

Bakili Muluzi, 77 ans, est en grande partie responsable de ce que le Malawi est devenu après le règne du leader de l’indépendance, Hastings Banda, qui était à la tête de l’État depuis 1966. Mr Muluzi a été la toute première personne élue à la présidence du Malawi en 1994.

L’histoire des chaussures

Publicité

Le règne du président Muluzi a été marqué par une anecdote assez amusante. Il n’a jamais tenu sa promesse de distribuer des chaussures aux Malawites, alors que c’était l’une de ses promesses lors de la campagne.

La promesse de chaussures, selon de nombreuses sources, est vraie. Cependant, il n’est pas tout à fait clair si la promesse de Muluzi était destinée à certains villageois ou à tous les citoyens du pays. Quoi qu’il en soit, lors des élections malawites de 1994, M. Muluzi et son Front démocratique uni (UDF) étaient largement connus comme ceux qui avaient fait la promesse de chaussures. S’il y a eu une mauvaise perception de cette promesse, l’UDF n’était certainement pas intéressé à la corriger.

Muluzi a largement remporté les élections, battant le héros national Hastings Banda par plus de 400 000 voix. Mr Banda, qui était encore un homme populaire à l’époque, était âgé de 90 ans. Muluzi avait 50 ans et vendait une vision de belles possibilités.

Pour ceux qui ont voté pour Muluzi, les chaussures faisaient partie de ces belles possibilités. Banda a profité de son culte de la personnalité et a gouverné avec une main de fer. Son règne de trois décennies ne s’est pas traduit, comme on s’y attendait, par une révolution macro et microéconomique pour les Malawites. Le Malawi était l’un des pays les plus pauvres du continent à la fin du règne de Banda et les chaussures devaient être littéralement nécessaires.

Publicité 2

Muluzi n’a jamais offert ces chaussures. Mais, la raison donnée pour n’avoir pas tenu sa promesse  est amusante. Il a fait savoir qu’il ne pouvait pas connaître la pointure de chacun et qu’il lui serait donc difficile de leur donner ce qui avait été promis. Pour apaiser leur douleur, il avait promis de travailler dur pour rendre d’autres promesses possibles. Et ce fut la fin de la saga des chaussures.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page