À la UneAfriqueBurkina FasoPolitique
A la Une

Burkina/ Le Colonel Yacouba Zida, en exil, appelle le Capitaine Traoré à traiter avec la Russie

Pour sa première prise de parole depuis le coup d’Etat du 30 septembre 2022, l’ex-chef d’Etat du Burkina, le Colonel Yacouba Isaac Zida fait fort. D’abord, il fait allégeance au nouvel homme fort de Ouagadougou. Ensuite, il met les pieds dans le plat en demandant aux nouvelles autorités de nouer un partenariat sérieux avec la Russie dans la lutte contre le terrorisme.

Le Colonel Zida adoube le Capitaine Traoré à la tête de l’Etat burkinabè. Pour lui, c’est le choix du peuple. « Il me semble que le peuple burkinabé a clairement fait son choix depuis les événements du 30 septembre dernier, et ce choix s’appelle Capitaine Ibrahim Traoré« , a écrit le Colonel Yacouba Zida, qui se positionne clairement en faveur du tombeur de Damiba.

Ceci dit, le Colonel Yacouba Zida estime que le Burkina n’a plus de temps à perdre dans des considérations inutiles. Le danger est là et les terroristes pourraient frapper à tout moment. « C’est pourquoi je pense qu’il faut désormais gagner du temps et aller vite à la reconquête du territoire national », conseille le Colonel Yacouba Zida.

« Pour réussir cette reconquête, il y a également un choix à faire, celui d’un nouveau partenariat stratégique. La Russie comme partenaire apportera au Burkina Faso les équipements militaires nécessaires pour faire face à cette insurrection djihadiste. Comme c’est le cas au Mali voisin, l’armée burkinabé sera équipée d’avions de reconnaissance, de vrais hélicoptères de combat, d’armements de dernière génération et bien d’autres moyens indispensables pour vaincre les terroristes », recommande le Colonel Zida.


Parce que d’après Zida, « Depuis le début de cette guerre il y a six années, tous nos soldats ne sont pas encore doté chacun d’une arme individuelle. On ne parle même pas des volontaires mobilisés qui vont quelques fois à la rencontre de l’ennemi armés de leur seul courage et leurs amulettes ». Aussi se pose-t-il une question: « Comment expliquer une telle situation quand on sait que des centaines de milliards ont été annuellement injectés dans le budget de La Défense? »

Selon le Colonel Zida, le délitement de l’armée burkinabè qui se traduit par son désarmement « laisse penser qu’il existe un vaste projet d’anéantissement progressif de ce pays que nous avons hérité de nos ancêtres ». « Le peuple burkinabé tout entier est debout et doit le rester jusqu’à la libération totale du pays », a-t-il écrit pour finir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!