À la UneMonde

Comment la Colombie a effacé de l’histoire son premier et unique président d’origine africaine

« La Colombie doit admettre qu’il y a des problèmes de racisme dans le pays et dans toute l’Amérique latine », a déclaré Barack Obama lors d’une conférence commerciale à Bogota, la capitale de la Colombie, en mai 2017.

Quelques années avant la conférence, Obama avait été élu premier président noir des États-Unis. Alors que les États-Unis célébraient cet exploit et que leurs citoyens montraient à quel point ils étaient fiers d’avoir leur premier dirigeant noir, les Colombiens avaient caché leur premier dirigeant noir pendant des décennies.

La Colombie est l’un des pays d’Amérique du Sud qui luttent encore contre le racisme. Avant l’adoption d’une loi dans le pays pour représenter son milieu multiculturel, beaucoup de Noirs étaient invisibles sous la loi. Les Afro-Colombiens, qui sont environ 3 millions, peuvent être privés des commodités de base et de l’accès aux opportunités, par rapport aux autres ethnies du pays. Et c’est ce qui s’est passé pendant des décennies, rendant l’histoire du premier président noir du pays peu surprenante.

Juan José Nieto Gil, un homme politique, général de l’armée et écrivain colombien, est devenu le premier président d’origine africaine en Colombie en 1861. Pendant environ sept mois, il a été le chef du pays ou de ce qui était alors connu sous le nom de Confédération grenadienne, qui comprenait le Panama. L’héritage de Nieto Gil en tant que premier Afro-Colombien à occuper un tel poste a été pratiquement effacé de l’histoire colombienne lorsque l’historien Orlando Fals Borda a découvert un portrait de lui en creusant dans un loft de palais à Carthagène il y a plus de 30 ans.

Fals Borda a lancé une campagne pour que l’histoire de Nieto Gil soit racontée au monde entier, mais c’est jusqu’à la mort de Fals Borda en 2017 que les médias colombiens ont commencé à se plonger dans l’histoire de l’ancien président et général de l’armée. Et après 157 ans, le visage du 14e et unique président noir de Colombie occupa un poste dans le palais présidentiel de Bogota. Mais ce n’est qu’après que la Colombie l’a caché, fait peindre son portrait, le blanchit pour le rendre plus attrayant pour la société, avant de le noircir à nouveau en 1974 quand Fals Borda l’a trouvé.

Né le 24 juin 1805 à Baranoa, une ville agricole de l’Atlantique colombien, Nieto Gil était le fils d’artisans. Il a rejoint l’armée colombienne et s’est élevé au rang de général, devenant un ami du héros de l’indépendance Francisco de Paula Santander. Nieto Gil, un républicain libéral et député à l’époque de la « confédération grenadine », est devenu gouverneur de Bolivie.

En 1861, lui et quelques alliés libéraux renversèrent le gouvernement conservateur au pouvoir. Nieto Gil s’est ensuite autoproclamé président. Certains disent que l’un de ses amis blancs aurait pu devenir président, mais que celui-ci n’a pas obtenu à temps l’investiture, donc Nieto Gil a pris le pouvoir, restant en poste pendant sept mois avant d’être forcé de quitter le pouvoir par le général Thomas Cipriano de Mosquera.

Son portrait, qui montre ses traits afro-caribéens, a été peint juste avant qu’il ne devienne président, mais après son renversement et sa mort en juillet 1866, les autorités colombiennes ont apporté ce portrait en France où il a été blanchi et “modifié” pour rendre Nieto Gil plus acceptable pour l’élite de la société. Pour l’essentiel, Nieto Gil a été rayé de l’histoire non seulement parce qu’il était « mulâtre », mais aussi parce qu’il venait de la côte des Caraïbes où résident beaucoup de personnes d’ascendance africaine, et une région que le pouvoir central à Bogota a toujours reléguée à l’arrière-plan.

« Nieto, en plus d’être Noir et d’humbles origines, était originaire de Baranoa, une ville agricole dans l’Atlantique colombien, ce qui a conduit à un rejet amer par la société de Carthagène de l’époque, qui était très élitiste », a déclaré Moisés Álvarez, directeur du Musée historique de Carthagène, à Pan American World. 

Quand le portrait de Nieto Gil a été « repeint » et que Fals Borda l’a trouvé, il a fallu des décennies avant que le gouvernement colombien ne dévoile une réplique de son portrait original dans le palais présidentiel avec des dirigeants de la communauté afro-colombienne présents. La reconnaissance de Nieto Gil, attendue depuis longtemps, fait suite à une enquête approfondie du journaliste colombien Gonzalo Guillén. Avant sa mort, Fals Borda a demandé à Guillén de continuer à enquêter sur l’histoire de Nieto Gil. C’est précisément ce qu’a fait Guillén, en envoyant notamment une pétition au gouvernement colombien en 2014.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button