À la UneCôte d'IvoirePolitique

Exclusif-Côte d’Ivoire-6 novembre 2004/ Un général français fait des révélations: voici l’homme qui a demandé de détruire les avions de Gbagbo

Le procès relatif au bombardement présumé de la base militaire française, le 6 novembre 2004, à Bouaké dans le centre de la Côte d’Ivoire, se poursuit en France. Aujourd’hui, c’est un général français qui fait des révélations ahurissantes.

Publicité

La France n’a donc pas attendu d’avoir une idée claire de ce qu’il s’était réellement passé le 6 novembre 2004 à Bouaké, avant de détruire toute la flotte aérienne ivoirienne. En un mot, sans un début d’éléments d’enquête prouvant que l’armée ivoirienne avait sciemment bombardé un camp français, Jacques Chirac et son chef d’État-major particulier, le Général Georgelin, avaient décidé.

« J’ai une mémoire parfaite de ce qui s’ est passé » dit le général Georgelin,dont les propos sont rapportés par un journaliste sur place. Selon ce journaliste qui cite le témoin à la barre, c’est lui qui a donné à Chirac, l’idée de détruire les avions qui ont effectué le bombardement présumé.

« Après le bombardement contre les Français, j’ai suggéré (au président Chirac) de détruire les avions qui avaient fait cela. Ce qui a été fait, à Yamoussoukro et à Abidjan ! », se souvient le Général Georgelin, qui fait une autre révélation de taille. En effet, lorsqu’il suggère à Chirac de détruire les avions qui sont allés sur Bouaké, l’ex-président français lui répond:

« Jacques Chirac a dit (le samedi 6 novembre 2004) : que ce soit Gbagbo ou pas à l’origine de ce bombardement contre nos forces, je le tiens pour responsable ». A la lecture des révélations du général Georgelin, on peut affirmer qu’en novembre 2004, Laurent Gbagbo fut un sacré veinard…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page