Côte d’Ivoire: Deux ministres échappent à un lynchage

2

Ce sont le ministre ivoirien de la défense Alain Richard Donwahi et son collègue des ressources animales et halieutiques Adjoumani Kobénan Kouassi qui ont échappé, mardi 08 mars, à un lynchage à Assuéfry dans le Nord-Est du pays où des affrontements entre des populations et des militaires ont fait la veille, deux morts, nous rapporte APA.

Les deux émissaires du gouvernement qui se sont rendus à Assuéfry pour faire baisser la tension née de ces affrontements, ont été pris à partie par des jeunes qui les accusaient « d’avoir envoyé des militaires dans leur localité pour les tuer», selon la même source.

Publicité

« Le véhicule de commandement du Préfet de Transua à bord duquel étaient les deux ministres a été saccagé », le service de communication du ministre Adjoumani Kobénan Kouassi, ajoutant que la « tension était très vive sur le terrain ».

Le ministre de la défense Alain Richard Donwahi ainsi que son collègue Adjoumani Kobénan Kouassi qui est fils de cette région, ont été dépêchés à Assuéfry par le Chef de l’État Alassane Ouattara après la cérémonie officielle de célébration de la 39è Journée internationale de la femme à Abidjan.

Malgré la tension, la délégation a pu rencontrer les chefs traditionnels dans les locaux de la Sous-préfecture d’Assuéfry. A cette occasion, le ministre de la défense a dénoncé «l’indiscipline» des jeunes qui ont non seulement interdit la délégation d’accéder à la salle, mais ont proféré des injures sévères à l’endroit du ministre Adjoumani.

A leur tour, les chefs traditionnels ont relevé que l’acte posé par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée régulière) était « prémédité, sinon comment comprendre qu’une saisie d’anacardes à Transua ait ces conséquences dramatiques à Assuéfry ». Ils ont souhaité dans la foulée que les « disparus viennent, ou s’ils sont morts, qu’on les enterre ».

Publicité

« Cette situation a souillé la terre, et pour la purification, il faut sept bœufs, sept moutons, sept cabris blancs, sept poulets blancs, sept œufs, sept colas blanches et sept casiers de liqueur », ont-ils conclu. La délégation ministérielle a regagné Abidjan dans la soirée.

Il faut rappeler que deux personnes ont trouvé la mort, lundi soir, dans des affrontements entre des populations et des militaires après la saisie d’une importante quantité d’anacarde qui devrait sortir frauduleusement du territoire ivoirien vers le Ghana voisin. Des sources sur place indiquent également que deux autres personnes sont portées disparues.

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

  1. Je pense bien pour ma part que le chef de assuefry n est pas assez sage c est avant meme l arrivee de la delegatoin munisterielle qu il devrait d aabrd baiser les tensoin ,mais pas grave ,quant aux jeunes gens si vous n avez pas de respect pour votre chef ayer la crainte de l autorite ,si vous vouler bafouiller les hommes qui incarne nos instututoin vous verrez votre village railler de la carte bande de saloup ,vouleur ,on prend des produits en provenance du ghana et vous vous plainer si maintenant que vous regoin ne sont pas developper vous aller dire que l etat ne fait rien pour vous ,vous ne savez pas que c est les taxe que l etat collecte pour vous envoyer le courant gard a vous

Laissez une réponse

---