À la UneCulture & LoisirsPeople

Dj Mulukuku à propos du Coupé-Decalé: « notre musique est en train de mourir »

Depuis plusieurs semaines, la toile est meublée par cette fameuse affaire de concert d’artistes internationaux sur les terres ivoiriennes. Maitre Gims, Fally Ipupa, Ninyo… voici quelques noms qui se sont récemment produits sur les bords de la lagunes Ebrié.

Face à cette grosse colère des artistes et internaute ivoiriens, Dj Mulukuku meilleur Dj platines au PRIMUD 2020 a livré un live sur son profil Facebook il y a quelques heures. D’après lui la faute incombe aux artistes locaux eux même, leur manque de solidarité et d’effort, serait la cause d’une non sélection dans le choix des promoteurs de spectacles.

Publicité

« Ton collègue sort une chanson, tu n’es même pas capable de publier sur ta page alors que tu as beaucoup d’abonnés. Nous ne sommes pas solidaires, voilà pourquoi notre musique est en train de mourir’‘ s’est insurgé DJ Mulukuku dans sa vidéo.

Puis de préciser que c’est justement cette désunion qui conduit à la marginalisation des artistes ivoiriens. Selon lui, cela explique aisément pourquoi les promoteurs de spectacles ont opté pour les artistes d’autres pays. « La musique ivoirienne est un bien commun, je souffre de voir que la musique ivoirienne est vilipendée. Je souffre que les artistes ne soient pas respectés à leurs justes valeurs », a avancé Mulukuku puis d’ajouter  »Allez travailler, entrez en studios, laissez les clashs sur les réseaux sociaux, arrêtez de vous plaindre des artistes internationaux. » a lâché l’artiste chanteur.

Pour redorer l’image de la musique coupé-décalé d’après Dj Mulukuku les artistes gagneraient à être soudés.

Avant de terminer, le disque jockey a informé qu’il célèbrerait dans les mois à venir 20 ans de carrière dans la musique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page