Religion

Dola Indidis: l’avocat kényan qui avait poursuivi Israël et l’Italie pour avoir tué Jésus (vidéo)

En 2013, un avocat kényan a cherché à obtenir justice pour Jésus-Christ, en faisant valoir que le procès et la crucifixion de Jésus, il y a plus de 2 000 ans, étaient illégaux. Dola Indidis, ancien porte-parole de l’appareil judiciaire kényan, a demandé à la Cour internationale de justice, basée à La Haye, d’annuler la condamnation et la peine de mort de Jésus.

Il a désigné les accusés, dont Ponce Pilate, le roi Hérode, l’ancien empereur de Rome, ainsi que les États d’Israël et d’Italie, dans la plainte qu’il a déposée auprès de la CIC, ont rapporté les médias kenyans.

Publicité

« J’ai déposé l’affaire car il est de mon devoir de défendre la dignité de Jésus et je me suis adressé à la CIC pour demander justice pour l’homme de Nazareth », a déclaré Indidis à Standard Media. « Ses poursuites sélectives et malveillantes ont violé ses droits fondamentaux par le biais d’une faute judiciaire, d’un abus de pouvoir, d’un parti pris et de préjugés ».

Selon le Nouveau Testament, les autorités juives ont arrêté Jésus-Christ pour blasphème après qu’il a accompli des miracles et affirmé être le fils de Dieu. Jésus a été amené à Ponce Pilate, alors gouverneur romain de Judée. Pilate a déclaré aux autorités juives qu’il n’était pas compétent pour entendre l’affaire et l’a envoyé au roi Hérode. Hérode a renvoyé Jésus à Pilate.

Jésus a été déclaré non coupable. Cependant, des foules de Juifs ont réclamé son exécution, obligeant Pilate à le faire crucifier avec deux criminels.

La plainte d’Indidis mettait en cause « le mode d’interrogation utilisé pendant le procès de Jésus, les punitions qui lui ont été infligées alors que la procédure était toujours en cours et la substance des informations utilisées pour le condamner », rapporte le Daily Mail.

Il espérait que le tribunal déclarera que « la procédure devant les tribunaux romains était nulle en droit car elle n’était pas conforme à la règle de droit à l’époque des faits ».

« Certaines personnes présentes lui ont craché au visage, l’ont frappé, l’ont giflé, l’ont raillé et l’ont déclaré digne de mort », a-t-il noté.

M. Indidis a également expliqué qu’il avait inclus des États modernes dans le procès parce qu’ils avaient des liens antérieurs avec l’Empire romain.

« Le gouvernement pour lequel ils ont agi est toujours responsable de leur acte », a déclaré M. Indidis à la chaîne Citizen TV du Kenya. « Ponce Pilate agissait sous le gouvernement de Rome, qui était dirigé par César. Les preuves aujourd’hui sont consignées dans la Bible, et vous ne pouvez pas discréditer la Bible ».

Publicité 2

L’avocat kényan a estimé qu’il avait un bon dossier, mettant en avant le procès de Jeanne d’Arc comme preuve qu’il existe un précédent à sa demande. Jeanne d’Arc était une paysanne qui a été brûlée.

Le verdict dans son cas a été annulé des années après sa mort par une commission papale. « C’est le même cas pour Jésus. Le juge qui l’a condamné a déclaré qu’il n’était pas compétent pour s’occuper de cette affaire, mais il est allé de l’avant pour condamner et prononcer une peine capitale sous la contrainte. »

Les experts juridiques ont fait valoir que l’avocat kényan menait une bataille perdue d’avance, car la CIC, créée pour résoudre les différends entre États, n’est pas compétente en la matière. Et c’est exactement ce qui s’est passé, selon les médias. Indidis s’était tourné vers la CIC après le rejet d’une requête déposée en 2007 auprès d’un tribunal de Nairobi.

Crédit photo : hararelive

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page