EuropeMonde

Écosse: des femmes accusées de sorcellerie et exécutées il y a 300 ans recevront des excuses

Des milliers de femmes ont été accusées de sorcellerie aux XVIe et XVIIIe siècles. Ce qui qui a conduit à leurs exécutions. Elles devraient recevoir des excuses officielles et des grâces du gouvernement écossais.

Les personnes accusées de sorcellerie étaient pour la plupart des femmes et ont été accusées de maudire les navires du roi, de se transformer en animaux et en oiseaux , ou de danser avec le diable.

Aujourd’hui, trois siècles après l’abrogation de la loi sur la sorcellerie, les victimes sont en passe d’obtenir des grâces et des excuses officielles pour les 3 837 personnes jugées comme sorcières, dont les deux tiers ont été exécutées et brûlées.

Cela intervient après une campagne de deux ans du groupe Witches of Scotland, qui a abouti à l’adoption du projet de loi du député par le parlement écossais pour effacer les noms des personnes accusées, selon un rapport du Sunday Times.

Cette décision fait suite à un précédent de la Chambre des représentants du Massachusetts aux États-Unis qui a proclamé innocentes les victimes des procès des sorcières de Salem en 2001.

La poursuite infatigable des sorcières par l’Écosse entre 1563, lorsque la loi sur la sorcellerie a été adoptée, et 1736, lorsqu’elle a finalement été abrogée, a donné lieu à cinq « grandes chasses aux sorcières écossaises» et à une série de procès à l’échelle nationale.

Les premières chasses aux sorcières ont été sanctionnées par Jacques VI d’Écosse, plus tard Jacques Ier d’Angleterre et d’Irlande, qui croyait que les sorcières complotaient contre son épouse danoise en invoquant des tempêtes pour couler ses navires.  Parmi les accusés en 1590 figurait Geillis Duncan qui avoua sous la torture avoir rencontré le diable pour contrecarrer les navires du roi.

Une autre personne accusée, Agnes Sampson, avait avoué que 200 femmes avaient vu le diable prêcher à North Berwick le jour d’Halloween, où la destruction du roi était planifiée.  D’autres cas bien connus incluent Lilias Adie, de Torryburn, Fife, qui a été accusée d’avoir jeté un sort pour provoquer la gueule de bois d’un voisin; tandis qu’Issobell Young, exécutée au château d’Édimbourg en 1629, aurait changé de forme en hibou et accusé d’avoir un coven.

Comme à l’époque la sorcellerie était un crime capital, les condamnés étaient généralement étranglés à mort puis brûlés vifs afin de ne laisser aucun corps à enterrer.

De nombreux accusés ont avoué sous la torture, ce qui comprenait la privation de sommeil, l’écrasement et l’arrachage des ongles et la piqûre de la peau avec des aiguilles et des passe-partout pour voir si l’accusé saignait.

Le site Web Witches of Scotland note que les signes associés à la sorcellerie – balais, chaudrons, chats noirs et chapeaux pointus noirs – étaient également associés aux « alewives », le nom des femmes qui brassaient de la bière faible pour lutter contre la mauvaise qualité de l’eau. Le signe du balai devait faire savoir aux gens que la bière était en vente, le chaudron pour la brasser, le chat pour éloigner les souris et le chapeau pour les distinguer au marché.


Claire Mitchell QC, qui dirige la campagne Witches of Scotland, a déclaré dimanche 2 janvier 2022 qu’elle demandait des pardons, des excuses et un monument national aux victimes principalement féminines de la chasse aux sorcières.

« Par habitant, au cours de la période comprise entre le XVIe et le XVIIIe siècle, nous [l’Écosse] avons exécuté cinq fois plus de personnes qu’ailleurs en Europe, dont la grande majorité des femmes », a-t-elle déclaré au Sunday Times.

LIRE AUSSI: Nigeria: accusé de sorcellerie, un garçon de 10 ans empoisonné par ses parents

« Pour mettre cela en perspective, à Salem, 300 personnes ont été accusées et 19 personnes ont été exécutées. Nous avons absolument excellé à trouver des femmes à brûler en Écosse. Les personnes exécutées n’étaient pas coupables, elles devraient donc être acquittées.”

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page