À la UneAfriqueCôte d'IvoireEducationSociété

Education nationale: le SYRES souhaite un relèvement du niveau de recrutement des instituteurs

Le Syndicat pour la revalorisation des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire (SYRES) a plaidé pour le relèvement du niveau de recrutement des instituteurs, à l’ouverture mercredi 04 août 2021 à Gagnoa, de son conseil national syndical, portant sur le rôle du syndicat dans la construction d’une école d’excellence au service du développement du pays.

Pour son secrétaire général national, il faut élever le niveau d’instruction des enfants ivoiriens, car il dit trouver « inconcevables » que des personnes qui n’ont pas encore achevé leur scolarité, notamment ceux ayant le niveau du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), puissent enseigner, dans une Côte d’Ivoire où le constat montre que le titulaire de ce diplôme des années 2000, n’est plus le même que celui des années 60.

Publicité

« Pour enseigner, il faut connaitre beaucoup, pour donner peu », a insisté le secrétaire général dudit syndicat, qui soutient que durant la concertation nationale lors des futurs états généraux de l’école, il faut envisager la possibilité d’employer comme en Europe, des personnes qui ont la licence, pour être des maîtres au primaire ».

Selon M. Boka, professeur de lycée, le faible niveau des enseignants, est l’une des causes et des plaies de l’école. Il dénonce la « démocratisation et massification de l’école », qui veut que pour tous les enfants aillent à l’école, l’enseignant soit recruté au niveau BEPC, car payé deux fois moins, que celui recruté au niveau Bac.

« Nous, en tant que syndicalistes, nous ne pouvons être d’accord avec cela », martèle le premier responsable du SYRES. Il suggère plutôt, que l’Etat de Côte d’Ivoire recycle, renforce les capacités et aille jusqu’à former les enseignants du privé, même si ces derniers ne seront pas recrutés par le gouvernement.

Publicité 2

En vue de remédier à la faiblesse constatée dans le niveau des enseignants du primaire, ainsi que chez les élèves, la nouvelle ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Pr Mariétou Koné, a décidé d’assainir le milieu de l’organisation des examens à grand tirage et d’éliminer au maximum la tricherie à l’école, de sorte de s’assurer du bon niveau des formateurs.

Les résultats des examens au CEPE, du BEPC et du Baccalauréat 2021 se sont avérés inférieur de moitié, à ceux de 2020, constate-t-on.

Le conseil syndical, qui prend fin ce jeudi 5 août, se tient tous les deux ans, à mi-mandat. Une centaine de délégués, de responsables de sections venus des 32 régions du pays ainsi que les responsables locaux de Gagnoa, ont pris part à cette assise, en présence de la directrice régionale de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (DRENA).

Le SYRES, est né en 2014 et compte à ce jour plus de 15 000 membres.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page