AfriquePolitique
A la Une

Élection d’Obiang Nguema pour un 6e mandat : les États-Unis brisent le silence

Les États-Unis ont déclaré mardi qu’ils avaient de « sérieux doutes quant à la crédibilité des résultats annoncés » après les élections qui ont eu lieu en Guinée équatoriale ce mois-ci et ont appelé les autorités à travailler avec toutes les parties prenantes pour répondre aux allégations de fraude électorale.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré dans un communiqué que les allégations d’irrégularités significatives liées aux élections incluaient l’intimidation, la coercition et les votes répétés, ajoutant que les États-Unis étaient également préoccupés par ce qu’il a appelé des pratiques de comptage irrégulières.

« Ces irrégularités violeraient la loi équatoguinéenne. Compte tenu de l’ampleur des irrégularités observées et des résultats annoncés donnant au PDGE 94,9 % des voix, nous avons de sérieux doutes sur la crédibilité des résultats annoncés », a ajouté M. Price.

Samedi, le vice-président de la Guinée équatoriale a déclaré sur Twitter que son père, le président Teodoro Obiang Nguema, avait été réélu avec 95 % des voix lors du scrutin du 20 novembre et que son parti avait remporté tous les sièges du sénat et du parlement. La direction des élections du pays a ensuite confirmé les résultats.

La victoire d’Obiang Nguema, 80 ans pour un sixième mandat prolonge son règne qui dure depuis 43 ans.

Ce pays ouest-africain d’environ 1,5 million d’habitants n’a connu que deux présidents depuis son indépendance de l’Espagne en 1968. M. Obiang a évincé son oncle Francisco Macias Nguema lors d’un coup d’État en 1979.

Il a toujours été élu avec plus de 90% des voix, des résultats que les observateurs internationaux ont remis en question.


Les groupes de défense des droits l’accusent de museler la dissidence et de réprimer ses rivaux. Les manifestations sont pour la plupart interdites, les médias sont fortement contrôlés et les opposants politiques sont souvent arrêtés et torturés.

Crédit photo : reuters

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. You dare speaking of electoral fraud while the who’e world knows (unless people don’t want to see) what you do according to your worldwide interests !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!