À la UneFootballSport

Emiliano Sala: l’homme qui a organisé le vol qui a tué le footballeur reconnu coupable

L’homme d’affaires et pilote qui a organisé le vol au cours duquel le footballeur Emiliano Sala est mort, a été reconnu coupable d’avoir mis en danger la sécurité de l’avion. A l’issue de plus de sept heures de délibérations, le jury populaire l’a déclaré coupable et sa peine doit être prononcée le 12 novembre. Il encourt cinq ans de prison.

David Henderson, 67 ans, a été reconnu coupable lors d’un procès à la majorité de 10 contre deux pour la mort du joueur par un jury à Cardiff Crown Court jeudi. 

L’avion transportant Sala, 28 ans, s’est écrasé dans la Manche dans la soirée du 21 janvier 2019, tuant l’attaquant et le pilote David Ibbotson, 59 ans. Il a fallu 7 heures et demi aux 7 hommes et 5 femmes qui composaient le jury pour condamner Henderson, l’exploitant de l’avion qui avait organisé le vol avec l’agent de football William ‘Willie’ McKay.

Publicité

Il avait demandé à M. Ibbotson de piloter l’avion alors qu’il était en vacances avec sa femme à Paris.

M. Ibbotson, qui volait régulièrement pour lui, n’était pas titulaire d’une licence de pilote professionnel, d’une qualification pour voler de nuit, et sa qualification pour piloter le monomoteur Piper Malibu était expirée.  Le jury a appris que quelques instants après avoir découvert que l’avion s’était écrasé, Henderson a envoyé un texto à un certain nombre de personnes leur disant de garder le silence, les avertissant qu’il « ouvrirait une boîte de vers ».

Le père de trois enfants et ancien officier de la RAF a admis devant le tribunal qu’il craignait une enquête sur ses relations d’affaires.

Le procureur Martin Goudie QC a déclaré qu’Henderson avait été « imprudent ou négligent » dans la façon dont il exploitait l’avion, mettant son entreprise au-dessus de la sécurité des passagers en utilisant un avion autorisé et en embauchant des pilotes ni qualifiés ni compétents pour effectuer les vols.

LIRE AUSSI: Mort d’Emiliano Sala : un homme arrêté par la police britannique pour homicide involontaire

M. Goudie a déclaré que Henderson avait créé une culture d’infraction aux règlements de la navigation aérienne parmi les pilotes qu’il a embauchés.  Le propriétaire de l’avion, Fay Keely, avait dit à Henderson de ne pas autoriser M. Ibbotson à piloter à nouveau l’avion après avoir été contacté par la Civil Aviation Authority (CAA) au sujet de deux violations de l’espace aérien qu’il avait commises.

Malgré cela, Henderson a autorisé M. Ibbotson à continuer de voler et, dans un message adressé au pilote, a déclaré: « Nous avons tous les deux la possibilité de gagner de l’argent avec le modèle commercial, mais pas si nous dérangeons les clients ou attirons l’attention de la CAA. »

Henderson n’avait pas de permis de transporteur étranger (FCP) nécessaire pour transporter des passagers dans l’avion américain, ni de certificat de transporteur aérien (AOC), qu’il devait obtenir.

Et pendant le procès, M. Goudie a accusé Henderson d’avoir menti dans ses déclarations aux enquêteurs après avoir interrogé l’accusé sur les raisons pour lesquelles il n’avait pas conservé les informations de base sur ses pilotes.

Dans son discours de clôture, il a affirmé que Henderson dirigeait une «organisation incompétente, sans papiers et malhonnête ».

Mais Stephen Spence QC, en défense, a déclaré que les actions de son client étaient « purement un problème de paperasse » et n’avaient pas conduit à une probabilité de danger.

Publicité 2

Il a déclaré que son client savait que M. Ibbotson, qui volait depuis des décennies et avait accumulé environ 3 500 milles de vol, était un pilote expérimenté et que M. Ibbotson, en tant que pilote de ce vol, avait été chargé d’assurer leur retour en toute sécurité.

Il a déclaré au tribunal que la seule différence entre une licence commerciale et la licence privée détenue par M. Ibbotson était de savoir si vous pouviez transporter des passagers pour de l’argent ou non, et non de la capacité.

Henderson a également fait valoir à la barre qu’il avait téléphoné à Mme Keely après qu’elle eut interdit à M. Ibbotson de voler et l’avait convaincue de le laisser piloter à nouveau.  Mme Keely a déclaré qu’elle ne se souvenait pas d’un tel appel.

Henderson, de Hotham dans l’East Riding of Yorkshire, avait déjà admis une infraction distincte consistant à tenter de décharger un passager sans autorisation ou autorisation valide.

Le juge Foxton a accordé à Henderson une libération sous caution pour qu’il soit à nouveau condamné pour les deux infractions le 12 novembre.

Il encourt des peines maximales de cinq ans d’emprisonnement pour la mise en danger de l’avion et de deux ans pour la moindre accusation.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page