MusiqueUSA

Eminem dans le viseur des services secrets américains

Dans l’une de ses récentes chansons dont le titre est « framed », Eminem qui est présenté comme un rappeur engagé s’est attaqué directement au président Trump.

Était en cause, entre autres, le morceau “Framed” sorti sur l’album “Revival” en 2017 dont voici un extrait : “Nous aimons notre armée et nous aimons notre pays, mais putain, nous détestons Trump (…) Qu’est-ce qu’Ivanka Trump fait dans le coffre de ma voiture (…) Cette petite fille blonde est idiote (…) Ce salaud qu’on a jeté dans l’étang.”

Publicité

Dans la même chanson, le rappeur affirme « Il est temps de l’enterrer, dis-lui de se préparer à être destitué ». Une phrase que les services secrets américains ont qualifié d’inappropriées et de menaçantes.

Ce n’est pas la seule déclaration du rappeur qui choque. L’on se souvient par ailleurs que les attaques proférées par Eminem étaient aussi adressées à Melania et Ivanka Trump.

Toujours dans sa chanson « Framed », le rappeur déclare que la « petite fille blonde idiote », faisant référence à la fille du président, se trouve « dans le coffre de sa voiture ». 

Aussi dans sa chanson “Ringer”, le rappeur a décidé de faire un second tube dans lequel il se plaît à raconter de drôles d’anecdotes.

Une sortie pas vraiment du goût des services secrets américains, notamment chargés d’assurer la sécurité du président et de sa famille. Ils ont donc auditionné le rappeur afin de prendre la mesure de la menace réelle qu’il pouvait représenter.

Eminem a même confirmé cette audition en affirmant que « l’Agent Orange », faisant référence au teint orangé du président Trump, a envoyé des membres des services secrets frapper à sa porte. Ces derniers lui auraient alors demandé s’il comptait réellement s’en prendre au président et à sa famille, voire même s’il avait un quelconque lien avec une entreprise terroriste. Réponse du principal intéressé ? « J’ai répondu « seulement quand il s’agit d’encre et de paroliers »

Le cas d’Eminem, selon Buzzfeed, a été qualifié de “non-référé” par les procureurs fédéraux, qui ont décidé que ses paroles ne constituaient pas une menace pour la sécurité de Donald Trump.

Publicité 2


Selon les services secrets ces déclarations sont suffisantes pour ouvrir une enquête. Des chansons qui pourraient d’ailleurs coûter cher puisque les services secrets américains étudieraient déjà son cas.

Crédit photo: ABC News

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer