Enquête: Découvrez le nombre incroyable de mosquées démolies par la Chine en 3 ans

0
Enquête: Découvrez le nombre incroyable de mosquées démolies par la Chine en 3 ans

Plus d’une vingtaine de mosquées auraient été démolies dans la province chinoise du Xinjiang au cours des trois dernières années.

Selon une enquête menée par le journal britannique The Guardian et le site d’information Bellingcat, un certain nombre de sites religieux islamiques de la région ont été complètement ou partiellement détruits depuis 2016.

Utilisant l’imagerie satellitaire pour examiner 91 sites religieux différents dans la région, un territoire autonome situé dans le nord-ouest de la Chine, l’enquête a révélé que 31 mosquées et deux sanctuaires majeurs avaient subi d’importants dommages structurels au cours des trois dernières années. Près de la moitié de ces 33 sites ont été « complètement ou presque détruits ».

Publicité

L’enquête a également révélé que neuf bâtiments qui servaient de mosquées mais ne présentaient pas les caractéristiques architecturales typiques de ces sites religieux avaient également été détruits.

Chacun des sites analysés a été identifié par des anciens résidents, des chercheurs et des outils de cartographie financés par la population.

La mosquée Yutian Aitika près de Hotan, juste au nord de la frontière entre la Chine et le Pakistan, aurait également été démolie. La mosquée datait de 1 200 ans et était un site populaire pour les résidents locaux pendant les fêtes religieuses.

La mosquée de Kargilik, l’une des plus grandes de la région, et le complexe Imam Asim auraient également été détruits.

La province du Xinjiang abrite de nombreux groupes ethniques minoritaires, dont les Ouïghours turcs. Outre les Ouïghours, d’autres groupes musulmans turcs, tels que les Kazakhs et les Kirghizes, auraient été persécutés en Chine.

Selon les chiffres du département d’État américain, entre 800 000 et 2 millions de personnes appartenant à des minorités musulmanes sont détenues dans ce que le gouvernement chinois décrit comme des « camps de rééducation ».

Bien que Beijing ait indiqué que cette pratique est utilisée pour combattre le terrorisme, les camps ont été largement critiqués, et les résultats de la recherche vont très probablement accroître la pression.

La Chine a déjà été accusée d’avoir détruit des édifices religieux dans le cadre d’une tentative calculée de déracinement de la culture musulmane dans la région. « Les images de l’imam Asim en ruines sont assez choquantes. Pour les pèlerins les plus dévoués, elles seraient déchirantes », a déclaré Rian Thum, historien de l’Islam à l’Université de Nottingham, au Guardian.

« Les Ouïghours sont plus que convaincus que l’État chinois veut déraciner leur culture et rompre leur lien avec la terre », a-t-il ajouté.

Publicité


Cependant, Pékin a réfuté ces affirmations. Le ministère chinois des Affaires étrangères a insisté sur le fait que la liberté de religion reste un pilier de la société chinoise.

« La Chine pratique la liberté de religion et s’oppose fermement à la pensée extrémiste religieuse », a confié au Guardian le porte-parole du ministère, Geng Shuang.

Crédit photo : time

https://www.newsweek.com/china-mosques-xinjiang-province-kargilik-mosqueyutian-aitika-1417522

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

---
#####: US
X