Sénégal

Enrichissement illicite au Sénégal: Quebec traque des membres de l’ancien régime

Les anciens dirigeants du Sénégal sont dans le viseur de la justice. Dans le cadre de la lutte contre l’enrichissement illicite, la coalition canadienne biens mal acquis et Sherpa remettent la « filière africaine du Québec » à l’ordre du jour.

Ils ont interpellé la Gendarmerie royale du Canada pour ouvrir une enquête contre les familles Bongo, Déby et Sassou Nguesso. Au Sénégal, des personnalités de l’ancien régime également sont dans leur viseur.

Publicité

L’information a été donnée à travers le site asso-sherpa.org.

«L’association Sherpa informe avoir ce jour (jeudi 1er mars), demandé à la Gendarmerie royale du Canada qu’une enquête soit diligentée sur les conditions d’acquisition d’un patrimoine immobilier considérable sur le territoire canadien par différents dignitaires africains et leurs proches, dont certains sont mis en cause dans des procédures judiciaires en France».

Plusieurs hommes politiques concernés

Selon Me William Bourdon, de l’association Sherpa, l’affaire concerne de grosses pointures d’Afrique.

«Les soupçons sont sur les membres de la famille Bongo, Sassou Nguesso, le clan autour de Idriss Déby, des personnalités qui ont pu occuper des fonctions officielles ou officieuses, il y a quelques années au Sénégal.»

On se demande encore qui peuvent bien être ces sénégalais. Pour le moment, la Sherpa n’a mentionné aucun nom.

Sur RFI, Me Bourdon, fondateur de Sherpa, s’exprimait à ce sujet. « On les soupçonne au prix d’un certain nombre d’infractions financières, d’avoir favorisé leur enrichissement personnel, illustré notamment par l’acquisition de biens et immeubles, pas dans leur pays, pas dans leur capitale, loin des yeux et des yeux du juge local. »

Madické Niang et Mamadou Pouye soupçonnés

Il y a quelques mois, l’ancien ministre Madické Niang a suscité des interrogations suite à la publication d’un article. Ce dernier s’intitulait «Sénégal : des fidèles du Président honnis à Montréal». Publié sur tvanouvelles.ca, on pouvait lire qu’il a investi dans un appartement à Montréal.

«Madické Niang a acheté son premier condo de la tour de 20 étages, rue Jean-d’Estrées en 2006. Un investissement de 261 676 dollars (plus de 130 millions FCfa), sans hypothèque dont la valeur en 2017 était de 288 000 dollars (plus de 140 millions FCfa). Puis dans le même centre-ville de Montréal, un investissement de 272 550 dollars (plus de 136 millions FCfa) en 2008 avec une hypothèque de 175 500 dollars (plus de 87 millions Cfa) dont la valeur en 2017 était de 306 500 dollars (plus de 153 millions FCfa)».

Publicité 2

Par la même occasion, le site dévoilait que Mamadou Pouye et sa femme ont, au nom de leur compagnie, acheté un condo (appartement) dans Outremont, pour 470 000 $ (plus de 235 millions FCfa), taxes comprises, sans hypothèque».

L’ancien Ministre de Wade se défend

Interpellé sur cette affaire, l’ancien ministre de Abdoulaye Wade dément toute accusation.

« Dieu m’a permis très tôt d’avoir un métier et m’a gratifié de moyens qui permettent d’acquérir un appartement de 80 millions ». L’avocat rappelle que c’est grâce à son dur labeur qu’il a réussi sa vie. « Les gens savent que ce n’est pas par un gouvernement que je me suis fait. Par la grâce de Dieu, j’ai pu bénéficier de biens matériels… C’est difficile de parler de soi, mais mon premier immeuble réalisé en ville, date de 1990. Donc, cet immeuble ne ressemble pas à un appartement de deux pièces pour étudiants ».

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page