USA

États-Unis : condamné à tort, il est libéré après 37 ans de prison

Un homme de Pennsylvanie qui a passé 37 ans derrière les barreaux a été libéré après qu’un tribunal fédéral a annulé sa condamnation pour meurtre. Willie Stokes, 61 ans, est sorti mardi de l’établissement correctionnel d’État de Chester, dans le comté du Delaware.

États-Unis : condamné à tort, il est libéré après 37 ans de prison

Le bureau du procureur de Philadelphie, Larry Krasner, a récemment ouvert une enquête sur son cas et a découvert qu’il n’avait pas bénéficié d’une procédure régulière. Un tribunal fédéral a déclaré le mois dernier que le témoin clé Franklin Lee avait menti. Il a été découvert que des détectives auraient offert à Lee du s3xe et de la drogue en 1983 en échange d’un faux témoignage.

LIRE AUSSI: États-Unis : Trois hommes condamnés à tort innocentés après 36 ans de prison-Vidéo

Lee a été accusé de parjure quelques jours seulement après la condamnation de Stokes pour meurtre en 1984. Cependant, Stokes n’a pas eu connaissance de ce plaidoyer pour parjure avant 2015, soit plusieurs années après avoir été condamné à perpétuité.

États-Unis : condamné à tort, il est libéré après 37 ans de prison

«  Aujourd’hui est un jour extraordinaire. Nous sommes tous très reconnaissants », a déclaré l’avocat de Stokes, Michael Diamondstein après la libération de son client. « Cependant, c’est aussi un jour triste, car il nous rappelle à quel point les forces de l’ordre de Philadelphie ont été anarchiques, inéquitables et injustes pendant si longtemps. »

Les détectives qui auraient proposé au témoin Lee un accord « sexe contre mensonge » » pour les aider à clore l’affaire du meurtre de 1980 sont aujourd’hui décédés.

Lee était en détention pour des accusations de viol et de meurtre sans rapport lorsqu’il a été approché par deux inspecteurs de la criminelle qui lui ont proposé « du s3xe, de la drogue et un marché » en échange de l’inculpation de Stokes.

États-Unis : condamné à tort, il est libéré après 37 ans de prison

« Ils ont dit que je ne ferais pas plus de deux à cinq ans, au maximum sept ans, a-t-il déclaré à un juge fédéral.


Lee a déclaré que les inspecteurs ont également autorisé sa petite amie à le rencontrer en privé au siège de la police pour avoir des relations s3xuelles. Il a ajouté que les inspecteurs lui ont ensuite fourni des préservatifs et une travailleuse de s3xe.

« Une fois j’ai parlé à ma mère, elle m’a dit : ‘Je ne t’ai pas élevé ainsi, pour mentir. Tu t’es mis dans le pétrin. Je me fiche qu’ils te donnent 1 000 ans. Vas-y et dis la vérité. Et c’est ce que j’ai fait », a ajouté Lee.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page