Science
A la Une

États-Unis / un rein de porc transplanté dans un humain : une première dans l’histoire

Pour la première fois, un rein de porc a été transplanté chez un humain sans déclencher de rejet immédiat par le système immunitaire du receveur, une avancée potentiellement majeure qui pourrait à terme contribuer à pallier la grave pénurie d’organes humains à transplanter.

Selon l’agence de presse Reuters, la procédure effectuée au NYU Langone Health de New York a nécessité l’utilisation d’un porc dont les gènes avaient été modifiés de manière à ce que ses tissus ne contiennent plus une molécule connue pour déclencher un rejet quasi immédiat.

Publicité

La receveuse était une patiente en état de mort cérébrale présentant des signes de dysfonctionnement rénal et dont la famille a consenti à l’expérience avant qu’elle ne soit débranchée, ont expliqué les chercheurs à l’agence Reuters.

Pendant trois jours, le nouveau rein a été fixé à ses vaisseaux sanguins et maintenu à l’extérieur de son corps, permettant ainsi aux chercheurs d’y avoir accès.

Les résultats des tests de fonctionnement du rein transplanté « semblaient plutôt normaux », a déclaré le Dr Robert Montgomery, chirurgien spécialiste des transplantations, qui a dirigé l’étude.

LIRE AUSSI: http://Voici 5 habitudes qui endommagent vos reins

Le rein a produit « une quantité d’urine que l’on attendrait » d’un rein humain transplanté, a-t-il déclaré, et il n’y avait aucun signe de rejet vigoureux et précoce observé lorsque des reins de porc non modifiés sont transplantés chez des primates non humains.

Publicité 2

Le taux anormal de créatinine de la receveuse – un indicateur d’une mauvaise fonction rénale – est revenu à la normale après la transplantation, a déclaré Montgomery.

Aux États-Unis, près de 107 000 personnes sont actuellement en attente d’une greffe d’organe, dont plus de 90 000 attendent un rein, selon le United Network for Organ Sharing. Les délais d’attente pour un rein sont en moyenne de trois à cinq ans.

Les chercheurs travaillent depuis des décennies sur la possibilité d’utiliser des organes animaux pour les transplantations, mais ils se heurtent à la difficulté de prévenir le rejet immédiat par le corps humain.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page