Monde

Turquie: les Etats-Unis ne vendront plus d’armes au service de protection d’Erdogan. Voici les raisons

Recep Tayyip Erdogan devra trouver d’autres fournisseurs d’armes pour son service de protection. Le gouvernement américain ne lui fournira plus d’armes. En mai dernier, des membres du service de protection d’Erdogan s’en sont pris à des manifestants à Washington.

Ce lundi 18 septembre, deux sénateurs des Etats-Unis ont annoncé le gel des ventes d’armes au service de protection du président turc Recep Tayyip Erdogan. Les gardes du corps de ce dernier s’en étaient pris à des manifestants en mai dernier à Washington.

Publicité

Selon les deux membres du Congrès américain, Patrick Leahy et Chris Van Hollen, la décision a été prise après le dépôt de leur proposition de loi qui allait dans ce sens.

La nouvelle position de Washington devrait donc bloquer une vente d’armes d’une valeur de 1,2 million de dollars par une société basée dans le New Hampshire, Sig Sauer, à ce service de protection.

Dans un communiqué commun, Patrick Leahy et Chris Van Hollen ont déclaré « Cette vente aux agents qui assurent la sécurité du président Erdogan n’aurait jamais dû être approuvée, compte tenu de leurs antécédents en matière d’utilisation excessive de la force ». « Nous devrions également cesser de vendre des armes aux unités de la police nationale turque, qui arrête arbitrairement et abuse de son pouvoir à l’encontre de citoyens turcs qui critiquent le gouvernement dans le calme », ont-ils ajouté.

En outre, 19 membres du service de sécurité d’Erdogan ont été poursuivis pour les faits qui se sont produits devant la résidence de l’ambassadeur de Turquie.

A son tour, le président turc a dénoncé une « démonstration scandaleuse de la façon dont la justice américaine fonctionne », qualifiant au passage les manifestants de « terroristes ».

Jaures Nguessan

Bonjour, je suis Jaurès Nguessan. J'aime les voyages et les découvertes. Vous pouvez retrouver mes articles dans les rubriques d'actualités politiques, sportives, culturelles également dans les faits de sociétés. abraham.nguessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page