À la UneAfrique

Éthiopie: 16 employés de l’ONU détenus par le gouvernement

Environ 16 membres du personnel des Nations Unies et leurs personnes à charge ont été arrêtés par le gouvernement éthiopien dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

Selon certaines informations, des responsables de la sécurité de l’ONU ont rendu visite au personnel détenu et ont demandé à l’administration d’Abiy Ahmed de les libérer immédiatement. Cette détention intervient après que le conflit se soit intensifié ces dernières semaines dans la guerre d’un an entre le gouvernement éthiopien et les forces du Tigré qui a fait des milliers de morts, des milliers de détenus et des millions de déplacés. 

Un travailleur humanitaire qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat a confirmé à l’AP que tous les travailleurs détenus sont tigréens.  

Bien que le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, ait déclaré qu’aucune raison n’avait été fournie pour les détentions, les Tigréens et les avocats ont signalé un grand nombre de détentions depuis que l’Éthiopie a déclaré l’état d’urgence le 2 novembre, certaines personnes ayant été internées en raison de leur appartenance ethnique.

« Nous travaillons bien sûr activement avec le gouvernement éthiopien pour obtenir leur libération immédiate », a déclaré à la presse Stéphane Dujarric, à New York. 

Il a refusé de répondre à une question sur l’origine ethnique des personnes détenues, déclarant : « Ce sont des membres du personnel des Nations Unies, ce sont des Éthiopiens (…) et nous aimerions les voir libérés, quelle que soit l’origine ethnique indiquée sur leurs cartes d’identité ».

LIRE AUSSI: Éthiopie : l’ONU apprend que 30 000 enfants risquent de mourir de la famine au Tigré

La Commission éthiopienne des droits de l’homme, nommée par l’État, a déclaré dimanche avoir reçu de nombreuses informations faisant état d’arrestations de Tigréens dans la capitale, notamment des personnes âgées et des mères avec enfants.


Le porte-parole du gouvernement éthiopien, Legesse Tulu, n’a pas non plus fourni de détails spécifiques sur les raisons pour lesquelles les employés de l’ONU ont été détenus, affirmant seulement que c’était « en raison de leurs actes répréhensibles et de leur participation à des actes terroristes » et qu’il n’y avait aucun lien « avec leur bureau et leur travail.  »  

Les forces loyales au Front populaire de libération du Tigré, qui contrôlaient longtemps le gouvernement éthiopien avant que le Premier ministre Abiy Ahmed n’en prenne le contrôle, ont poussé vers le sud ces dernières semaines et ont menacé de marcher sur la capitale Addis-Abeba, a rapporté Reuters. 

Le gouvernement les a déclarés organisation terroriste plus tôt cette année.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page