Monde

Explosion de Beyrouth : sale temps pour les femmes de ménage africaines

Certains employeurs libanais ont licencié leurs femmes de ménages à la suite d’explosions qui ont causé d’énormes dégâts.

De nombreuses femmes africaines s’installent au Liban et dans d’autres pays du Moyen-Orient pour travailler dans des maisons dans le cadre de ce que l’on appelle le système de la kefala – qui lie votre statut d’immigré à votre emploi à domicile – un système qui, selon les critiques, rend les travailleurs vulnérables aux abus de leurs employeurs.

Publicité

Lucy Turay, une Africaine au Liban a déclaré à la BBC que ses collègues ont reçu des appels de licenciement après l’explosion de mardi.

Lucy Turay a elle-même fui son emploi de femme de ménage et de garde d’enfants en février après avoir révélé que son employeur avait menacé de la tuer.

Elle est devenue sans-abri jusqu’à ce qu’une Indienne la trouve dans les rues de Beyrouth et lui donne le numéro de téléphone du consulat de son pays. Bien qu’elle vive maintenant dans une maison sécurisée, elle dit ne pas avoir d’argent pour rentrer chez elle.

D’après la jeune femme, la seule façon dont elle et ses compatriotes peuvent réunir l’argent nécessaire pour leur vol retour, c’est grâce aux fonds qu’elle pourrait récolter d’une chanson qu’elle a écrite.

Crédit photo : myjoyonline

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page