Divers

Une famille séropositive révèle les médicaments qu’elle prend au quotidien

Une influenceuse des médias sociaux s’est servie de Facebook pour montrer sa famille atteinte du VIH et la routine à laquelle sa fratrie est confrontée au quotidien pour s’assurer de rester en bonne santé.

Publicité

La femme ougandaise âgée de 32 ans, Barbara Kemigisa, qui n’hésite pas à parler de son statut VIH, a partagé des photos de sa famille avec les médicaments qu’elle prend quotidiennement pour ralentir le développement du virus.

Publicité

A cet effet, elle a écrit:

« Mes bébés et moi affichons notre fardeau de vivre avec le VIH. Kourtney 9 ans 11 comprimés, Trevor 17 ans 20 comprimés, Douglas 22 ans 3 comprimés, Barbara 32 ans 3 comprimés par jour. »

« Si vous avez encore une chance et le choix de rester en sécurité, faites-le parce que ce n’est pas amusant d’avaler ces comprimés tous les jours, en particulier pour les enfants nés avec le virus. »

Une famille séropositive révèle les médicaments qu’elle prend au quotidien

Molestée par ses oncles dès son plus jeune âge, Kemigisa a eu une vie de promiscuité au moment de son adolescence.

«Mes parents s’étant séparés quand j’avais quatre ans, je suis donc restée chez ma grand-mère à Fort Portal. À six ans, j’ai été agressée par mes oncles. Ils m’ont donnée des crêpes pour le sexe et m’ont demandée de ne rien dire à personne ».

La maltraitance a continué jusqu’à l’âge de 11 ans, quand elle est allée vivre chez son père à Kampala en 1997.

Kemigisa est la fondatrice de Pill Power Uganda, un projet qui identifie depuis six mois des personnes vivant avec le VIH / sida et les forme à la réutilisation de boîtes d’ARV vides en objets utiles.

Une famille séropositive révèle les médicaments qu’elle prend au quotidien

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Jean-Charles Guyonneau a raison.
    Lorsque j’ai traversé l’Afrique, j’ai appris au Burundi que des personnes pauvres essayaient d’avoir le statut de sidéen, séropositif VIH, afin d’avoir des aides médicales, alimentaires, qu’ils n’auraient pas eu sinon.

  2. Comment peut on mentir de façon aussi evidente ? Le VIH n’existe pas et les ARV n’ont d’autre but que de tuer les personnes…Informez vous ne vous laissez pas abuser par ces mensonges.Le SIDA ne se transmett pas sexuellement ! Inventer de pitoyables histoires d’inceste pour vendre ces poisons est ignoble madame.Etudiez le dossier avant de colporter ces histoires. Je persiste et signe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page