À la UneMonde
A la Une

Une femme condamnée à mort pour ses messages « blasphématoires » sur WhatsApp et Facebook

Aneeqa Ateeq, 26 ans, a été condamnée à mort au Pakistan après avoir été reconnue coupable d’avoir envoyé du contenu sur WhatsApp et Facebook qui se moque des croyances islamiques

Une femme risque d’être exécutée pour avoir envoyé des messages « blasphématoires » sur WhatsApp et Facebook .

Aneeqa Ateeq a été condamnée à mort par un tribunal de Rawalpindi, au Pakistan, après avoir été reconnue coupable de se moquer des croyances islamiques .

La pratiquante musulmane Ateeq affirme qu’elle a été piégée et attirée dans une conversation sur la religion par la personne qui l’a dénoncée à la police.

Bien qu’elle ait nié les accusations portées contre elle en vertu de la loi pakistanaise sur la cybercriminalité et le blasphème, la jeune femme de 26 ans passera 20 ans en prison avant d’être pendue.

L’acte d’accusation a déclaré avoir rencontré son accusateur via une application de jeu mobile et le couple a commencé à discuter sur la plate-forme de réseau social WhatsApp.

Elle était accusée d’avoir envoyé des caricatures blasphématoires du saint prophète et d’avoir fait des commentaires sur des « personnages saints ».

Son compte Facebook contenait également du « matériel blasphématoire » dans d’autres comptes et accusait de « souille délibérément et intentionnellement des personnalités vertueuses sacrées et d’insulter les croyances religieuses des musulmans ».

Elle a dit au tribunal qu’elle croyait que le plaignant l’avait impliquée « intentionnellement » dans une discussion religieuse pour recueillir des preuves et se « venger » après qu’elle ait refusé d’être amie avec lui.

L’avocate d’Ateeq, Syeda Rashida Zainab, aurait déclaré : « Je ne peux pas commenter le jugement car la question est très sensible.

Le pays est un État islamique et prononce régulièrement des condamnations à mort, mais les exécutions n’ont pas lieu et les accusés passent leur vie en prison.

Les personnes accusées sont souvent tuées par des miliciens avant que les tribunaux ne rendent un verdict, rapporte The Guardian.

Et les juges acquittent rarement ceux qui sont accusés de blasphème et sont poussés à rendre des verdicts de culpabilité.

Le Pakistan a récemment demandé à Facebook et Twitter de l’aider à identifier ses citoyens soupçonnés de blasphème afin de pouvoir les poursuivre ou poursuivre leur extradition.

Les musulmans du pays ont également été accusés de blasphème, mais les affaires sont entendues rapidement devant un tribunal à huis clos, à l’abri des regards du public.


Les preuves ont été remises en question dans certains cas, comme dans le procès du pasteur Zafar Bhatti, accusé d’avoir envoyé des SMS abusant de la mère du prophète Mahomet.

Les prétendus textes blasphématoires provenaient d’un numéro qui ne lui appartenait pas mais il a été condamné à mort pour les accusations.

Les médias sociaux sont devenus un nouveau lieu pour les affaires de blasphème, mais la loi de 2016 sur la prévention des crimes électroniques (PECA) a accordé au gouvernement plus de pouvoirs pour contrôler le contenu des médias sociaux.

En 2017, Taimoor Raza a été condamné à mort pour avoir prétendument commis un blasphème sur Facebook.

Un ressortissant sri-lankais au Pakistan a été battu à mort le mois dernier et son corps a été incendié par une foule après avoir retiré des affiches religieuses des murs de l’usine dans laquelle il travaillait.

Environ 80 personnes au Pakistan sont en prison pour ce crime, dont au moins la moitié ont été condamnées à mort, mais il n’y a eu aucune exécution.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page