AfriquePolitique
A la Une

Génocide au Rwanda : suspecté, Félicien Kabuga nie avoir joué un rôle dans les massacres

Un tribunal français a refusé la libération sous caution au Rwandais Felicien Kabuga, accusé de génocide.

Après des décennies de fuite, Félicien Kabuga a qualifié les accusations portées contre lui de “mensonges” et son avocat doutait qu’il bénéficierait d’un procès équitable devant un tribunal international.

Publicité

Mercredi, le suspect du génocide rwandais, Félicien Kabuga, a déclaré que les charges retenues contre lui se trouvaient dans une salle d’audience française. Après que le juge président eut donné lecture des délits dont Kabuga était accusé, notamment le génocide, la persécution et l’extermination contre la minorité tutsie du Rwanda, Kabuga a nié les accusations.

“Ce ne sont que des mensonges”, a déclaré Kabuga par l’intermédiaire d’un interprète. “Tout cela n’est que mensonge. Je n’ai tué aucun Tutsi. Je travaillais avec eux”

Kabuga a comparu devant une cour d’appel de Paris qui décidera s’il sera transféré à un tribunal international. Le tribunal français a refusé de libérer Kabuga sous caution, malgré l’argument de son avocat selon lequel il était en mauvaise santé. Kabuga a comparu devant le tribunal dans un fauteuil roulant, les mains sur ses genoux, portant un masque facial. Aucun problème médical immédiat n’était connu.

L’avocat de la défense a déclaré que Kabuga ne bénéficierait pas d’un procès équitable devant un tribunal de l’ONU. Le tribunal français déterminera s’il sera remis à un tribunal international lors de sa prochaine session, prévue le 3 juin.

Kabuga, qui a été arrêté plus tôt ce mois-ci dans une banlieue parisienne, était considéré comme le suspect le plus recherché lié au génocide de 1994 des Tutsis au Rwanda. Il était en fuite depuis 25 ans pour son rôle présumé dans des crimes commis pendant la guerre civile rwandaise.

Magnat du thé et du café, Kabuga était l’une des personnes les plus riches du Rwanda menant au génocide.

Les procureurs ont accusé Kabuga d’utiliser sa richesse pour importer des machettes et des outils de jardinage qui seraient utilisés comme armes dans le génocide de 100 jours qui a tué plusieurs centaines de milliers de Tutsis et de Hutus modérés. Kabuga était également copropriétaire de la Radio Télévision Libre des Milles Collines (RTLM), qui propageait la haine ethnique contre les Tutsis.

Publicité 2

En 1997, il a été inculpé par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour sept chefs d’accusation, notamment de génocide et de crimes contre l’humanité.

Le tribunal des Nations unies a mis fin à ses activités en 2015 et ses fonctions ont été transférées à un organe de La Haye qui traite les affaires de crimes de guerre en suspens et fait pression pour l’extradition de M. Kabuga.

Kabuga a réussi à échapper à la capture pendant des années en vivant sous de faux noms et en se déplaçant fréquemment. La police française avait précédemment déclaré avoir vécu dans plusieurs pays européens et africains – dont l’Allemagne, la Belgique et le Kenya – au cours du quart de siècle depuis le génocide.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page