Côte d'Ivoire

Côte d’ivoire: des heurts entre démobilisés et forces de l’ordre font plusieurs morts

Ce sont trois personnes qui ont trouvé la mort ce mardi, lors d’affrontements entre la police ivoirienne et d’anciens rebelles démobilisés, à Bouaké, dans le centre du pays. Ils réclament des primes à l’instar des mutins qui ont ébranlé le pays la semaine dernière.

Déroulement des faits

Trois ex-rebelles démobilisés ont été tués et plusieurs personnes blessées, ce mardi 23 mai 2017, à Bouaké, troisième grande ville dans le centre de la Côte d’Ivoire, lors de heurts avec la police.

Publicité

Aux environs de 7 heures du matin (heure locale et GMT), la police a lancé un assaut pour disperser des manifestants dans le chef lieu de la région du Gbèkè. Ces derniers réclamaient des primes similaires à celles des mutins, qui ont ébranlé tout le pays la semaine dernière. Depuis la veille, c’est-à-dire lundi 22 mai, les ex-rebelles démobilisés bloquaient l’entrée sud de la ville de Bouaké.

Des sources ont avancé que les forces de l’ordre ont mené, ce mardi matin, une opération de libération de l’accès sud de Bouaké, et précisent que les démobilisés assurent qu’ils n’étaient pas armés.

“C’est grave ce qui est arrivé. Nous avons trois morts dans nos rangs, a affirmé un élément démobilisé. Je ne sais que dire. Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse tirer sur des personnes aux mains nues qui manifestaient.”

 

Démobilisés ou anciens rebelles

Ces démobilisés, dont le nombre est estimé à plus de 6 000 personnes à travers tout le pays, sont d’anciens rebelles qui n’ont pas été intégrés à l’armée, contrairement aux mutins.

Publicité 2

Lors de la mutinerie de mi-mai, un démobilisé avait été tué à Bouaké par des soldats révoltés, qui estimaient que les revendications des démobilisés mettaient en péril le paiement de leurs primes. Le défunt devait être enterré lundi et les démobilisés avaient appelé à une journée d’action pour ses funérailles. Aussi ont-ils bloqué l’entrée sud à Bouaké et l’entrée nord de la ville de Korhogo (nord) dans la journée, alors qu’une cinquantaine d’entre eux ont vainement tenté de bloquer l’entrée nord d’Abidjan.

Ces démobilisés réclament “18 millions de Francs CFA de primes” (27 000 euros), alors que les mutins ont obtenu 12 millions (18 000 euros), après avoir mené deux mouvements en janvier et mai.

Tags

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer