À la UneAsie
A la Une

Inde : la mort d’un étudiant congolais en garde à vue déclenche une manifestation

Au moins six ressortissants de pays africains sont blessés lors d’une bagarre avec la police à Bengaluru au sujet d’une mort présumée en détention d’un des leurs.

Au moins six ressortissants de pays africains ont été blessés lors d’une bagarre avec la police dans la ville de Bengaluru, dans le sud de l’Inde, au sujet de la mort présumée d’un étudiant congolais en détention, a déclaré un responsable.

Publicité

Joel Shindani Malu, 27 ans, a été arrêté par la police dimanche pour possession d’une petite cache de pilules d’ecstasy psychotropes interdites, mais est décédé en détention tôt lundi après avoir subi un arrêt cardiaque, a déclaré lundi un officier.

« Il a reçu un diagnostic de bradycardie et a reçu plusieurs cycles de RCR [réanimation cardio-pulmonaire] et d’autres interventions vitales, mais il est décédé des suites d’un arrêt cardiaque présumé », a déclaré l’officier.

Inde : la mort d'un étudiant congolais en garde à vue déclenche une manifestation
Des manifestants crient des slogans devant le poste de police JC Nagar à Bangalore [AFP]

Après sa mort, plusieurs ressortissants de pays africains ont organisé une manifestation devant le commissariat et se sont bagarrés avec des policiers, ce qui a conduit à l’agression d’un officier.

Les médias hindous rapportent qu’ils étaient membres de la « Fédération panafricaine », un groupe mis en place pour protéger les droits des étudiants et des professionnels africains de la ville.

Les manifestants ont réfuté l’affirmation de la police selon laquelle Malu était mort d’un arrêt cardiaque et les ont accusés de l’avoir détenu à tort avant que la police n’utilise des matraques pour repousser les manifestants et n’arrête une douzaine de manifestants.

Inde : la mort d'un étudiant congolais en garde à vue déclenche une manifestation
Un homme blessé est assis à l’intérieur d’une camionnette après que la police de Bengaluru a attaqué des manifestants à coups de matraque [AFP]

La police a déclaré avoir ouvert une enquête sur le décès alors que l’étudiant décédé vivait « illégalement » en Inde après l’expiration de son passeport et de son visa en 2017.

Publicité 2

« L’enquête sur le décès est menée conformément aux directives de la NHRC (Commission nationale des droits de l’homme), y compris une enquête par un magistrat judiciaire. L’enquête a été transférée au CID (Crime Investigation Department) », a tweeté le commissaire de police de Bengaluru, Kamal Pant.

Les ressortissants des pays africains accusent souvent la police indienne de préjugés raciaux et de harcèlement.

Beaucoup affirment qu’ils sont régulièrement détenus pour des accusations fabriquées de trafic de drogue et qu’ils sont quotidiennement victimes de discrimination.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page