À la UneCôte d'IvoireSécurité
A la Une

Insécurité, violence / La réponse du ministre Adjoumani à la menace djihadiste

Avec le déploiement des unités d’élite de l’armée ivoirienne sur la ville de Tengrela du fait d’infiltration de présumés Djihadistes, la Côte d’Ivoire doit faire attention. Mais, sur la question, le Ministre Adjoumani à sa petite idée. Il n’est pas alarmiste contrairement aux personnes qui s’inquiètent depuis l’extérieur.

Les évènements politiques en Côte d’Ivoire avec la flambée de violences risquent de déstabiliser et le pays et la sous-région. Et cela pourrait faire l’affaire de la nébuleuse djihadiste qui ne prospère que lorsque les Etats sont en faillite. C’est ce que pensent plusieurs spécialistes et des journalistes.

Le Ministre Adjoumani n’a pas cette lecture et il a tenu à le faire savoir à ceux-là, qui pour lui, agitent inutilement le chiffon rouge de la menace djihadiste. D’abord, le ministre Adjoumani pense que la Côte d’Ivoire ne va pas sombrer dans l’abime de la guerre civile. Ensuite, il a estimé que ce pays ne peut servir de tremplin aux menées djihadistes

« Au total, la Côte d’Ivoire ne connaîtra pas de «guerre civile » ni de « désastre », a dit Adjoumani sur le spectre d’un embrasement de la situation politique. La Côte d’Ivoire, dira-t-il ensuite, n’est pas non plus un terreau fertile favorable à l’expansion du djihadisme. Parce qu’elle n’est pas plus exposée à ce péril que les autres pays d’Afrique ou du monde ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page