Monde

«J’ai eu envie de me suicider» : Nafissatou Diallo brise le silence à propos de l’affaire DSK

Neuf ans après, Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de New York qui avait accusé Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle a livré ses premiers mots sur l’affaire.

« J’ai dit la vérité. J’ai été piégée et trahie », a-t-elle déclaré chez nos confrères de Paris Match.

Publicité

« Je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m’ont traité. A cause de ce qu’ils m’ont fait subir, j’ai eu envie de me suicider. J’ai été traitée de prostituée », dénonce celle qui a passé un accord financier avec DSK en 2012 pour mettre un terme à la procédure qu’elle avait intentée et empêchant par cette occasion que la réalité des faits soit connue.

« J’ai été privée de justice », estime-t-elle. Et à la question, si elle a quelque chose à dire à Dominique Strauss-Kahn, elle répond : «Rien. Je n’ai pas envie de savoir ce qui lui arrive, je ne veux plus penser à lui ».

Avec la somme reçue de cet accord (le montant d’1,5 million de dollars, dont un tiers allant à ses avocats, avait été avancé sans jamais être confirmée), Nafissatou Diallo avait ouvert un restaurant dans le Bronx, à New York. Malheureusement, le restaurant avait brûlé l’année d’après, et l’ex-femme de chambre n’a finalement plus pensé à sa réouverture.

Aux dernières nouvelles, elle a expliqué vouloir créer une fondation pour aider les femmes qui « comme moi, sont arrivées en Amérique sans éducation, sans même parler la langue, et qui ont vécu des situations horribles ».

Crédit photo: Ebene Magazine

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page