À la UneFootballSport

« J’aurais pu ne pas être présent à la CAN 2015, » Copa Barry revient sur le 2e sacre des Eléphants

08 février 2015-08 février 2021, il y a 6 ans jour pour jour que la Côte d’Ivoire remportait sa deuxième Coupe d’Afrique des Nations. Un jour inoubliable pour le peuple ivoirien. Copa Barry, l’un des héros de la CAN 2015 a fait une forte déclaration 6 ans après.

Le 08 février 2015, la sélection de Côte d’Ivoire dirigée à l’époque par le « magicien blanc » Hervé Renard, a remporté sa deuxième étoile africaine sur le sol Équato-guinéen. Cette année-là, les Éléphants sont partis à cette grand-messe du football africain sans leur meilleur buteur de l’histoire, Didier Drogba.

Publicité

A la suite d’une finale tendue entre les deux grandes nations de football, tout se décide aux tirs aux but. Cette échéance est finalement remportée par les Ivoiriens grâce à un incroyable Copa Barry, sous-estimé dès le départ. Six ans après ce sacre, l’ancien portier des Éléphants raconte ce moment incroyable rempli d’émotions et de joie sur sa page Facebook.

« J’aurais pu ne pas être présent à la CAN 2015. Le Coach Hervé Renard l’a, lui même confirmé dans une interview. Je me rappellerai toujours de ce soir de décembre 2014 où il m’a appelé pour me dire que par respect pour mon statut de cadre de l’équipe, il tenait à m’informer que Sylvain Gbohouo sera son N°1 à la CAN. Il ajoute : Mais il faut une réponse maintenant. » Je lui ai demandé un moment de réflexion. Le choix le plus facile aurait été de ne pas partir, non pas parce que je ne voulais pas que Gbohouo soit titularisé, mais tout simplement parce que dans ses mots, j’ai compris que je n’étais pas indispensable.

Publicité 2

J’aurais pu laisser l’orgueil prendre le dessus. Mais, au bout de quelques minutes, je l’ai rappelé pour lui signifier que je viens. Pour moi, la patrie passait avant tout. Je savais qu’en partant à la CAN, je perdrais ma place de titulaire dans mon club comme ils me l’ont signifié et qu’en sélection ma place de titulaire était perdue d’avance. Le 08 février, jour de finale, lorsque je suis sorti à l’échauffement, ma photo est apparue sur l’écran géant du stade. Un coup, j’entends  » Orrrr, Hoummm ». Les Soupirs des supporters m’ont donné froid dans le dos. Même si j’essayais de garder la tête haute, j’étais atteint au plus profond de moi au point d’écourter les 25mn d’échauffement à 10mn.

Je me suis senti si impuissant que je me suis réfugié auprès du Tout Puissant. Baisser les bras ou rester débout ? Quand on te donne mille et une raisons de douter de toi, démontre mille et une fois qu’ils ont tort.
Les 120 mn de jeu se sont écoulées. Place aux tirs au but. Tout le monde était passé et c’était à mon tour. La responsabilité était si lourde à porter. Et là, j’entends scander « Copa Copa Copa »… Les Soupirs s’étaient transformés en encouragements. Par la grâce de DIEU, le ballon atteint sa cible et c’est la délivrance pour toute une nation.

On venait de gagner à 23 h. Gervinho qui ne tenait plus la pression, nous a fait une course telle une gazelle ; Max Gradel a célébré la victoire à genoux devant l’Omnipotent. Cette CAN a révélé des talents et en a confirmé d’autres. Sylvain Gbohouo a été stratosphérique; le calme Olympien de Bailly a neutralisé les adversaires ; El Gladiator Serey Die a marqué les esprits ; le Guerrier Serges Aurier a été tenace ; Chico l’expérience, a fait la différence ; le Bulldozer Bony Wilfried a pesé sur la défense ; je ne saurais citer tout le monde, car chacun a contribué à ce trophée. Après 23 ans d’attente, le Capi Yaya Touré venait de brandir le Trophée et décrochant la deuxième étoile.

Quel moment ! Quelle émotion ! Encore plus lorsque j’ai lu dans les yeux de Nênê Hadja, toute la fierté d’une mère. Au peuple de Côte d’Ivoire merci pour la force que vous nous avez transmise. À la nouvelle génération, je souhaite tout le succès ! Sidy Diallo et Cheick Tiote, vous resterez à jamais des champions. Patrice Beaumelle, tu es une personne exceptionnelle. Tu as tout mon respect. « , a-t-il- écrit.



Akon

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page