AsieMonde
A la Une

Kim Jong-un: sa femme devenue la cible des caricatures dégoûtantes

Après la folle rumeur annonçant le décès de Kim Jong-Un, c’est désormais autour de Ri Sol-Ju la femme du dirigeant nord-coréen d’être la cible de caricatures « dégoûtantes ». Ce qui met les autorités nord-coréennes en colère.

D’après Alexandre Matsegora, l’ambassadeur russe en Corée du Nord qui s’est confié à l’agence de presse TASS, la femme du leader nord-coréen aurait été représentée via des tracts « sales et insultants »envoyés le 31 mai dernier.

Ces tracts qui constitueraient, d’après lui, « une forme de propagande particulièrement dégoûtante ». Sur les tracts en question, le visage de l’épouse de Kim Jong-Un apparaît « photoshoppé, d’une manière médiocre ».

Tout serait parti des attaques à répétition du régime Nord-coréen contre Séoul à travers de vives critiques formulées sur les dissidents nord-coréens actuellement basés dans le Sud du pays.

En guise de réaction, des tracts de propagande avec des caricatures de la femme du leader nord-Coréen « au moyen de ballons portés par le vent » ont été lancés. Selon l’ambassadeur de Russie à Pyongyang, ces caricatures qui mettent en cause l’épouse de Kim Jong-un aurait provoqué une vague « d’indignation » en Corée du Nord. « C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », a-t-il souligné, dans des propos rapportés par nos confrères du Bangkok Post.

Conscient du fait que ce n’est pas la première fois que ce type d’action a lieu en Corée, pour cette fois, les tensions seraient montées d’un cran. En plus, en juin dernier, la Corée du Nord a détruit le bureau de liaison ouvert en septembre 2018 et a menacé le Sud de « représailles militaires ». Tout ceci démontre que la situation est encore loin de s’apaiser…

Kim Jong-un: sa femme devenue la cible des caricatures dégoûtantes

Alexandre Matsegora a par ailleurs profité de cet entretien avec l’agence publique TASS pour démentir la rumeur indiquant que Kim Yo-Jong, la soeur de Kim Jong-un, se partagerait des pouvoirs avec son frère. S’il n’y a pas pas de doute sur sa « solide expérience en matière de politique et de politique étrangère », la jeune femme de 34 ans serait en encore trop jeune pour atteindre le sommet de l’État. « Il n’y a aucune raison de parler de ça », a affirmé l’ambassadeur russe à Pyongyang.


« Personne n’ose s’appeler ‘numéro deux’ dans ce pays. Il n’y a qu’un ‘numéro un’ (…) Je pense que si vous demandez à Kim Yo-Jong si elle se considère comme ‘numéro deux’, elle répondrait catégoriquement non« , a ajouté Alexandre Matsegora auprès de l’agence de presse russe.

Crédit photo: potins

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page