Sport

Ghana: Christian Atsu explique son enfance difficile et ses projets pour son pays

L’international ghanéen, Christian Atsu n’a pas oublié ses racines. Il ne le fera jamais. Atsu a grandi dans une maison inachevée au Ghana. C’est encore inachevé. Le jeune homme de 25 ans la visite toujours à son retour dans son pays natal.

Le talent footballistique d’Atsu l’a fait sortir de la pauvreté au Ghana, mais il est déterminé à aider beaucoup plus d’enfants dans son pays d’origine.

Publicité

L’ailier de Newcastle United est un ambassadeur d’arms around the child, une association qui fournit des logements, une protection et une éducation aux enfants. Il organise un dîner de gala à Newcastle le mois prochain afin de recueillir des fonds pour ses travaux au Ghana et ailleurs.

« C’est difficile de revenir voir le pays que j’ai laissé derrière », a déclaré Atsu. «Tu n’oublies jamais la personne que tu étais avant de partir”.

«J’ai des amis qui me connaissaient depuis le début. Ils connaissent mon départ, ils connaissent la personne que j’étais. « Ils n’arrêtent pas de me dire » tu as cru en Dieu, nous sommes heureux pour toi « . Chaque fois qu’ils me téléphonent, ils me disent «tu as tout fait pour survivre». J’ai survécu, mais je n’oublie pas.

J’ai vécu dans un immeuble inachevé. À chaque fois que je retourne au Ghana, je vois le bâtiment dans lequel je vivais. C’est encore inachevé. “Je dis à mes amis:“ c’est moi, c’est d’où je viens ”. C’est difficile en Afrique. Vous ne pouvez pas imaginer ce que ça fait de voir des enfants sans argent, sans maison, sans nulle part où aller. »

Atsu avait les larmes aux yeux en parlant de la « souffrance » des enfants en Afrique.

Publicité 2

Il a poursuivi: «Nous devons construire un monde meilleur. En tant que jeune homme comme moi, je peux souffrir. C’est très bien. Mais pas les enfants. Pas quand ce n’est pas de leur faute.»

« Mes parents étaient des agriculteurs », a-t-il déclaré. «Mon père était également pêcheur. Il a fait beaucoup de choses différentes pour tenter de s’en sortir et sa vie a toujours été dure. Nous avons cultivé des cultures comme les tomates et le maïs. « 

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page