À la UneCôte d'IvoirePolitique

Le Général Apalo Touré prévient : “nous militaires, nous avons des armes et on peut rester à Akouédo, tirer là et ça va tomber à Dabou”

Le Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire a évoqué l’éventualité d’une action d’envergure de l’armée si Dabou devenait une base arrière d’un mouvement armé incontrôlable. Depuis Akouédo, a dit le Général Apalo Touré, Dabou pourrait être bombardé.

En mission de ” Gendarmerie de proximité “, le Général Touré Apalo était à Dabou ces dernières 48 heures pour tenter de ramener le calme dans la ville qui a connu de violents affrontements intercommunautaires. Y étant, le patron de la gendarmerie a livré un message où il laisse planer le spectre d’une massive et violente réaction de l’armée dans les jours à venir.

Publicité

En effet, selon l’officier général, des informations en sa possession laissent croire que des groupes armés tenteraient de faire de la ville de Dabou, leur base arrière. Une éventualité qui pourrait justifier une intervention militaire.

Nous savons, de par la position que nous occupons, que les gens veulent faire de Dabou une arrière base, mais ce serait dangereux. Nous militaires, nous avons des armes et on peut rester à Akouédo, tirer là et ça va tomber à Dabou. On a les avions. Et si ça devient une arrière base, disons une rébellion par exemple ou bien de combattants qui attaquent Abidjan ?” a déclaré le Général Apalo Touré.

Justifiant son propos, il a ajouté : “Vous avez vu ce qui s’est passé sur Bouaké qui a été bombardé. Est-ce que ce sera intéressant qu’on attende que tout soit gâté avant de venir bombarder. Dabou, c’est une localité ivoirienne. Ce sont nos parents. Que ce soit Adjoukrou ou Malinké, ils sont nos parents. C’est la Côte d’Ivoire. Donc, il faut éviter ça.

Selon le Général Apalo Touré, l’option d’un bombardement de la ville peut se poser ” quand l’Etat a trop le dos au mur et qu’il ne sait pas comment faire“. Alors, à l’en croire, l’État “peut dire mais pourquoi ne pas bombarder comme en 2004. Les officiers n’ont pas le choix. Ils font comment ? Si tu n’as pas une possibilité sur comment sécuriser chez toi, tu fais quoi à un moment donné ?

Publicité 2

Quant aux dégâts éventuels d’une telle opération, le Général Apalo a indiqué que ” quand ça descend du ciel, que ce soit des armes qu’on tire depuis là-bas où on ne voit pas l’ennemi, mais on sait qu’il est là”.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page