AfriqueNigeria

Le Nigéria recouvre 321 millions de dollars détournés par Sani Abacha

Les Négociations avec les autorités suisses pour le rapatriement des sommes d’argent qui auraient été détournées par l’ancien président Sani Abacha ont été satisfaisantes. C’est ce que le ministre nigérian de la justice a annoncé jeudi dernier devant la presse locale.

C’est environ 321 millions de dollars qui seront rapatriés du côté du Nigéria. Le ministre de la justice a par ailleurs précisé que les négociations entre le Nigéria et la Suisse pour le rapatriement de ladite somme ont été concluantes. Il ne reste qu’à procéder au rapatriement des fonds.

Toujours d’après le ministre, le Nigeria avait réussi à récupérer 85 millions de dollars détournés et logés dans les comptes au Royaume-Uni dans le cadre de l’affaire Malabu. Un scandale financier considéré comme l’un des plus grands cas de corruption de l’industrie pétrolière du Nigeria.

Publicité

D’après les enquêtes menées au Nigéria et en Italie, les 1,1 milliards de dollars qui devaient être versés au gouvernement par les compagnies pétrolières internationales en 2006,  ne sont jamais rentrés dans les comptes nationaux.

Par conséquent, les enquêteurs ont demandé à la communauté internationale d’assurer la mise en œuvre des mesures examinées et adoptées lors du Sommet anti-corruption de Londres en mai 2016.

Les autorités du Nigéria se montrent plus que jamais déterminées à soutenir le retour des biens volés au pays. Ils exhortent par la même occasion la communauté internationale à améliorer la procédure de restitution des biens en la rendant plus rapide pour permettre au Nigeria d’atteindre les objectifs de développement durable.

Le président Muhammadu Buhari a entrepris de rapatrier l’argent détourné par d’anciens dirigeants, dépensé en grande partie aux États-Unis et au Royaume-Uni, depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2015.

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page