Politique

RDC : les États-Unis veulent des élections en 2018

L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, en séjour dans la République démocratique du Congo, a demandé aux dirigeants d’organiser les élections en 2018, soulignant que le pays ne recevra plus aucun soutien des Etats-Unis si cela n’est pas respecté.

« Les élections devraient avoir lieu en 2018, sans elles la RDC ne devra plus compter sur le soutien des États-Unis et de la communauté internationale », a déclaré Nikki Haley à l’issu de sa rencontre avec le directeur de la commission électorale, Corneille Nangaa.

Publicité

RDC : les États-Unis veulent des élections en 2018

Les élections étaient initialement prévues pour novembre 2016,  mais la commission électorale les avait annulées, évoquant des difficultés logistiques et financières, y compris la persistance de tensions dans le Kasai.

La commission électorale a annoncé il y a deux semaines que les élections ne pourraient être organisées qu’en 2019, une date qui ne convient pas du tout aux États-Unis

L’opposition a organisé des manifestations à travers le pays dans le but de mettre fin au règne du Président Joseph Kabila.  M. Kabila devait démissionner en décembre 2016, mais dans un accord négocié par l’église catholique, il a été convenu qu’il quitterait ses fonctions à la fin de 2017.

Mme Haley, qui est arrivée mercredi dans le pays, a également rencontré les chefs religieux qui avaient mené les négociations et les a exhortés à « s’impliquer d’avantage » pour mettre fin à l’impasse.

Publicité 2

2018, c’est possible si toutes les parties s’impliquent, selon l’ambassadrice américaine aux Nations unies. Elle est claire : les Etats-Unis ne soutiendraient pas un autre calendrier électoral.

« Chaque jour qui passe sans élections, il y a quelqu’un qui meurt dans ce pays, chaque jour qui passe sans élections, c’est une femme qui se fait violer, un enfant qui se fait enrôler dans un groupe armé. Tout cela doit cesser. Et la seule manière d’y mettre fin c’est d’organiser des élections pacifiques. Nous avons besoin d’élections libres, justes et en 2018. Et pas fin 2018, nous en avons besoin avant », a déclaré Nikki Haley. « Nous avons adressé un message clair à la Céni: si les élections ne sont pas tenues en 2018, sinon on ne soutiendra pas le processus électoral. Les Etats-Unis, la communauté internationale ne soutiendront rien en 2019. Nous n’apporterons aucun financement si le calendrier ne précise pas explicitement que ces élections auront lieu au plus tard en 2018. Il n’y a pas de démocratie si la voix du peuple n’est pas pas entendue », a-t-elle souligné.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page