Religion

Le Pape François admet que des prêtres ont abusé sexuellement des religieuses

Pour la première fois, le pape François a reconnu que des prêtres et des évêques avaient abusé sexuellement des religieuses et s’est engagé à en faire plus pour combattre ce problème.

S’adressant aux journalistes mardi, le Souverain pontife a révélé que le Pape Benoît XVI avait dissolu une congrégation féminine ou les femmes étaient abusées. Selon lui, ce phénomène existe « partout », mais il est plus fréquent dans « quelques congrégations nouvelles et dans quelques régions ».

Publicité

« Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier. Nous avons suspendu plusieurs clercs qui ont été renvoyés en raison de cela. Je ne sais si le procès (canonique) est terminé, mais nous avons aussi dissous quelques congrégations religieuses féminines qui ont été très liées à cette corruption’, a-t-il déclaré, notant que l’Église ne pouvait pas se réfugier dans le déni.

« Devons-nous faire quelque chose de plus ? Oui ! En avons-nous la volonté ? Oui ! », a-t-il affirmé.

Le phénomène d’agression sexuelle au sein de l’église catholique a pris de l’importance après des rapports faisant état des cas de religieuses maltraitées en Inde, en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud.

En novembre, l’organisation représentant tous les ordres religieux catholiques féminins du monde, l’Union internationale des Supérieures générales, a dénoncé publiquement la « culture du silence et du secret » qui empêche les religieuse de s’exprimer et a exhorté ces dernières à dénoncer les abus à leurs supérieurs et à la police. Et la semaine dernière, le magazine féminin du journal L’Osservatore Romano du Vatican a identifié la culture cléricale du clergé tout-puissant comme le coupable. La revue « Women Church World » note que le scandale a un corollaire : les religieuses sont obligées d’avorter les enfants des prêtres.

Le Pape François a déclaré qu’un membre du clergé avait été suspendu pour avoir maltraité des sœurs. Mais il a également noté que la maltraitance des femmes est un problème qui minent la société.

Publicité 2

Crédit photo : theindependent

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page