Ouganda

Les banques ougandaises cibles des pirates: 4 millions de dollars volés en 12 mois

Les pirates informatiques ont laissé le secteur bancaire ougandais dans une situation précaire après avoir volé 4 millions de dollars au cours des 12 derniers mois. C’est ce qui ressort d’un rapport sur la cybercriminalité établi par le directeur d’Interpol Charles Birungi, rapporte le portail d’information ougandais The Observer.

Selon le rapport, 4 millions de dollars ont été perdus dans plus de 200 cas de crimes Hitech, internationaux et économiques, parmi lesquels la fraude bancaire, la délivrance de faux visas et la fraude commerciale en ligne figurent en tête de liste. Le rapport indique en outre que les banques ougandaises restent muettes sur ces questions, car elles ne veulent pas susciter d’inquiétude chez leurs clients.

Publicité

« Sur le total de 4 millions de dollars que vous voyez, 3 millions ont été enregistrés dans seulement 10 cas de fraude bancaire », affirme The Observer en citant un responsable de la sécurité informatique.

« Ce sont les banques qui ont eu l’audace de venir demander notre intervention pour traquer les pirates basés ici et à l’extérieur des pays. Mais la majorité des cas ne sont jamais signalés. Elles savent que si elles continuent à les signaler, les gens se sentiront en insécurité lorsque leur argent sera conservé dans une banque qui est souvent piratée. »

Selon Business Insider, la délivrance de faux visas a représenté le deuxième taux de fraude le plus élevé avec 542 500 dollars perdus. La fraude commerciale en ligne a causé une perte de 112 441 dollars, tandis que la fraude sur Internet et le piratage d’e-mails ont également causé des pertes de 82 000 dollars et 32 000 dollars respectivement.

Business Insider rapporte en outre qu’en 2020, les fournisseurs de services de paiement mobile et les systèmes de paiement numérique en Ouganda ont perdu des milliards après que des pirates informatiques ont frappé une entreprise tierce de technologie de paiement.

« MTN et Airtel Uganda, qui contrôlent au moins plus de 90 % du marché de l’argent mobile, détiennent des comptes séquestres auprès de la Stanbic Bank et on pense que les deux télécoms ont été les plus touchées par le piratage. Cela a obligé les fournisseurs de services d’argent mobile à suspendre les transactions de banque à argent mobile ou à portefeuille à ce moment-là », note le rapport.

Publicité 2

S’adressant à l’Observer, un expert ougandais en informatique, Paul Senoga, a déclaré que la solution au problème du piratage était que les entreprises engagent des personnes permanentes et compétentes qui testeront régulièrement leurs systèmes afin de trouver des failles de sécurité.

« Une fois que quelqu’un a accès à votre compte bancaire, il peut transférer l’argent à qui il veut ou sur n’importe quel compte. Les banques ont mis en place des applications pour simplifier les opérations bancaires, mais elles en souffrent. L’argent est effacé des comptes. Les banques ne révèlent pas ce qui se passe, mais c’est énorme », a déclaré M. Senoga.

Crédit photo : businessfocus

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page