R.D Congo

Les détails effrayants sur l’assassinat de Patrice Lumumba et la façon dont son corps a été dissous dans de l’acide

Depuis le 17 janvier 1961, personne n’a été tenu responsable du meurtre brutal du leader de l’indépendance du Congo et premier Premier ministre Patrice Lumumba qui a été abattu avec deux de ses ministres, Joseph Okito et Maurice Mpolo.

Cependant, tous les doigts pointent vers les auteurs multinationaux qui ont sanctionné l’élimination d’un des politiciens les plus courageux d’Afrique et héros de l’indépendance qui a tenu tête aux colonisateurs.

Il a conduit la République démocratique du Congo à l’indépendance le 30 juin 1960, après que le pays a été transmis du roi Léopold II, qui en a pris le contrôle en tant que propriété privée dans les années 1880, à la Belgique en 1908 en tant que colonie.

Patrice Lumumba a été inspiré par le mouvement d’indépendance de l’Afrique après avoir participé à la Conférence panafricaine des peuples au Ghana en 1958. Cela l’a incité à organiser des rassemblements nationalistes dans son pays qui ont donné lieu à des protestations meurtrières. Il a été arrêté puis libéré pour négocier l’indépendance du Congo.

L’indépendance s’est accompagnée de nombreux problèmes, notamment d’un clivage politique et d’une Belgique impitoyable dirigée par le roi Baudouin qui n’a pas mâché ses mots lors de la déclaration d’indépendance tout en faisant l’éloge de son prédécesseur, le roi brutal Léopold II.

Publicité

« Ne compromettez pas l’avenir avec des réformes hâtives, et ne remplacez pas les structures que la Belgique vous remet jusqu’à ce que vous soyez sûr de pouvoir faire mieux. N’ayez pas peur de venir nous voir. Nous resterons à vos côtés et nous vous donnerons des conseils », a-t-il déclaré.

Indigné, patrice Lumumba plutôt tenu un discours accablant mettant un accent sur « l’esclavage humiliant imposé par la force »

Son discours a augmenté la haine de la Belgique envers Lumumba dont le gouvernement était déjà combattu par son rival politique et président Joseph Kasavubu.

Trois mois seulement après le début du nouveau Congo indépendant, les soldats se sont dressés contre les commandants belges qui refusaient de partir et certaines régions, dont le Katanga, riche en minerais, et le Sud-Kasaï, se sont rebellées contre le gouvernement central et ont fait sécession avec le soutien des troupes belges qui ont été envoyées pour protéger leurs intérêts.

Le gouvernement congolais a demandé l’aide des Nations unies et une résolution a été adoptée par le Conseil de sécurité demandant à la Belgique de retirer ses troupes. Des soldats de la paix des Nations unies ont été envoyés au Congo pour rétablir l’ordre et « utiliser la force en dernier recours » pour sécuriser les territoires du pays.

Cependant, la Belgique n’est pas partie et le secrétaire général des Nations unies, Dag Hammarskjöld, n’a pas fourni au gouvernement congolais l’assistance militaire demandée par Patrice Lumumba. Il a également ignoré l’appel du Premier ministre à envoyer des troupes au Katanga, mais a plutôt choisi de négocier avec le leader de la sécession, Moise Tshombe.

M. Hammarskjöld est mort dans un accident d’avion alors qu’il se rendait à la rencontre de Tshombe en septembre 1961, ce qui lui a valu le prix Nobel de la paix à titre posthume. Pendant ce temps, le pays était dans la tourmente et Lumumba ne recevait aucune aide de l’Occident et des Nations unies. Il a fait appel à la Russie et l’Union soviétique a envoyé des armes et des « conseillers techniques », mettant ainsi les États-Unis en colère.

Les États-Unis étaient un allié solide de la Belgique et avaient des intérêts dans l’uranium du Congo. Ils sont soupçonnés d’avoir planifié un assassinat, comme l’a révélé une source dans le livre « Mort au Congo », écrit par Emmanuel Gérard et publié en 2015.

Le président américain Dwight Eisenhower en aurait donné l’ordre sans aucune discussion. Lawrence Devlin, alors chef de la station de la CIA au Congo, a déclaré à la BBC en 2000 qu’un plan de la CIA visant à empoisonner le dentifrice de Lumumba n’a jamais été mis à exécution.

En septembre, le président congolais Kasavubu a démis Lumumba de ses fonctions de Premier ministre après avoir reçu un télégramme du Premier ministre belge Gaston Eyskens. Lumumba a également déclaré que Kasavubu avait été destitué. Cela a marqué le début de la prise de pouvoir par le chef de l’armée, le colonel Mobutu Sese Seko, qui a placé Lumumba en résidence surveillée. Il était gardé par les troupes de Mobutu et celles des Nations unies.

Lumumba s’est échappé fin novembre avec sa femme et son fils cachés à l’arrière d’une voiture quittant sa résidence. Ils se sont dirigés vers l’est où il avait des disciples fidèles à Kisangani (alors Stanleyville). Le soir du 2 décembre, alors qu’ils attendaient un ferry pour traverser la rivière Sankuru, les forces de Mobutu sont arrivées.

Il a été capturé et un autre appel aux Nations unies pour le sauver est tombé dans l’oreille d’un sourd. Il a été transporté par avion à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa), où il a été humilié en public en présence de journalistes, de fonctionnaires des Nations unies et de sa femme, Pauline.

Mobutu a ordonné sa détention dans une prison militaire à Thysville. Pendant six semaines, Lumumba a été maintenu dans des cellules et c’est là qu’il a écrit des lettres aux Nations unies pour demander de l’aide et à sa femme pour apaiser son cœur.

Alors que les discours de Lumumba depuis la prison créaient la confusion, le ministre belge des Affaires africaines Harold d’Aspremont Lynden faisait pression sur le gouvernement pour qu’il soit transféré de Thysville où il pourrait être libéré par ses partisans.

M. Lynden a ensuite insisté pour que Lumumba soit transféré au Katanga malgré une discussion du Parlement belge contre la décision qui entraînera sa mort, cite le sociologue et historien belge Ludo De Witte, qui a rendu publics les détails sanglants de la mort de Lumumba dans un livre publié en néerlandais en 1999.

Patrice Lumumba et ses deux anciens ministres ont été emmenés par avion au Katanga le 17 janvier. Alors qu’ils étaient si violemment battus, le pilote a averti que la violence menaçait le vol, explique De Witte.

Ils sont arrivés à l’aéroport d’Elizabethville (aujourd’hui Lubumbashi) et ont été arrêtés par la police et l’armée katangaise sous la supervision des forces belges. Ils ont été conduits dans une villa coloniale appartenant à un riche Belge, la Villa Brouwe.

Ce soir-là, ils étaient à moitié conscients et avaient reçu la visite de ministres katangais et du président Tshombe lui-même. Plus tard, vers 10 heures, une décision a été prise sur leur sort et ils ont été traînés de la Villa Brouwe dans un buisson voisin où un peloton d’exécution les attendait.

L’exécution a été commandée par le capitaine belge Julien Gat et le commissaire de police belge Frans Verschurre, qui avait le commandement général, révèle De Witte dans son livre sur la base de documents qu’il a découverts dans les archives belges. Ils ont été abattus séparément par un grand arbre sous les yeux du président Tshombe et de deux de ses ministres. Les corps ont été rapidement jetés dans des trous peu profonds.

Pour dissimuler leurs crimes, le lendemain matin du 18 janvier, le ministre de l’Intérieur Godfried Munongo a appelé un haut fonctionnaire de police belge, Gérard Soete, à son bureau et a ordonné que les corps disparaissent.

Soete a déclaré que lui et un autre assistant avaient exhumé les cadavres. Ils les ont découpés en morceaux avant de les dissoudre dans de l’acide.

« Nous sommes restés là deux jours. Nous avons fait des choses qu’un animal ne ferait pas. Et c’est pour ça que nous étions ivres, complètement ivres. On ne pouvait pas faire des choses comme ça. Coupez les vôtres, les vôtres – non, non, non », a déclaré Soete dans un documentaire de la BBC, « Who Killed Lumumba ? » qui a été diffusé en 2000 sur la base de récits tirés du livre de De Witte publié en anglais en juin 2001.

Publicité 2

Comme prévu, la mort de Lumumba a été annoncée un mois plus tard, le 13 février 1961. Le ministre de l’Intérieur Munongo a annoncé que les trois prisonniers ont tué leurs gardiens et se sont échappés dans une voiture avant d’être reconnus par les villageois, qui les ont battus à mort.

La vérité a été cachée malgré les protestations internationales dans les ambassades belges du pays jusqu’en 1999, lorsque le livre de Ludo De Witte intitulé « L’assassinat de Lumumba » a présenté de nouvelles preuves tirées de documents longtemps cachés dans les archives officielles et d’entretiens avec des témoins survivants.

Le Parlement belge a mis en place une commission d’enquête trois mois après la publication du livre pour déterminer les circonstances de l’assassinat de Patrice Lumumba et si le gouvernement belge était impliqué.

Un rapport a été présenté après 18 mois d’enquête en 2002, puis publié sous forme de livre en 2004 à l’intention du public. Il conclut que la Belgique avait une responsabilité morale dans l’assassinat de Lumumba et qu’elle « a agi sous la pression du public belge, qui avait entendu parler pendant des jours de la violence contre les citoyens belges au Congo. »

La commission a confirmé que des fonds secrets (environ 8 millions de dollars) ont été utilisés pour financer la politique menée contre le gouvernement de Patrice Lumumba par le ministère des Affaires africaines, rapporte le Brussels Times.

Elle a cependant déclaré que l’exécution a été effectuée par les autorités de Kantang en présence des fonctionnaires belges et qu’il n’y avait aucune preuve que la Belgique a participé à la décision de tuer Patrice Lumumba.

Le gouvernement belge a admis avoir eu « une responsabilité indéniable dans les événements qui ont conduit à la mort de Lumumba » mais n’a pas assumé l’entière responsabilité et a accordé une grâce publique aux Belges impliqués dans l’assassinat de Lumumba.

Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Louis Michel, a déclaré : « Le gouvernement estime qu’il doit présenter à la famille de Patrice Lumumba … et au peuple congolais ses profonds et sincères regrets et ses excuses pour la douleur qui leur a été infligée. »

Cette excuse a été acceptée par le fils de Lumumba, François Lumumba, qui a ensuite intenté des poursuites contre la Belgique pour avoir caché son rôle dans l’assassinat de son père.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page