Showbiz

« Les hommes ghanéens traitent les femmes comme des esclaves », dixit une artiste

La chanteuse populaire ghanéenne Mzbel, de son vrai nom Nana Akua Amoahhas, a déclaré qu’elle ne souhaitait pas se marier légalement, parce que les hommes ghanéens traitaient les femmes comme des esclaves.

Selon Mzbel, c’est tellement pathétique que la plupart des hommes se comportent comme s’ils achetaient leurs femmes et par conséquent les traitent n’importe comment.

Publicité

« Les hommes ghanéens traitent les femmes comme des esclaves », dixit une artiste

S’adressant à Attractive Mustapha sur la chaîne Attractive TV, elle a déclaré que de nombreuses personnes servaient aux femmes des versets issus de la Bible stipulant que les femmes devaient être soumises à leurs maris, mais qu’elle personnellement n’était pas prête à suivre cet ordre et ne croit pas en la Bible.

Elle a en outre expliqué qu’elle ne pouvait pas traverser l’épreuve consistant à rendre compte de chacune de ses activités à son mari, à demander la permission de sortir pour le salon de coiffure, à des soirées et en boites de nuit.

« Les hommes ghanéens traitent les femmes comme des esclaves », dixit une artiste

Elle a insisté sur le fait que tout cela était dramatique pour elle, mais elle aime être son propre patron et peut avoir des relations sexuelles à tout moment parce qu’elle a un petit ami mais ne se mariera jamais car le mariage n’est pas pour tout le monde.

 

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer