Ouganda
A la Une

L’histoire fascinante des Abayudaya, une petite communauté de Juifs africains en Ouganda

C’est avec joie que l’an dernier, les Abayudaya, une petite communauté juive d’environ 3 000 personnes située près de la ville de Mbale, dans l’est de l’Ouganda, a fêté les 100 ans de leur fondation. En 1917, son fondateur, Semei Kakungulu, a embrassé le judaïsme après avoir lu une Bible.

Selon les récits, Kakungulu aurai vécu plusieurs vies en Ouganda. Il était un chef de guérilla, un chef, un chasseur d’éléphants, un seigneur de guerre frontalier et un allié des Britanniques dans les campagnes militaires. Dans les années 1880, un missionnaire protestant l’a converti au christianisme et lui a appris à lire la Bible en swahili.

Publicité

Peu à peu, il a commencé à rejeter toutes les formes de religion biblique qui lui avaient été présentées et a commencé à se concentrer davantage sur la Bible hébraïque et le judaïsme. En 1919, Kakungulu, qui était alors l’un des soldats les plus endurcis que les Britanniques n’aient jamais engagés pour mener leurs guerres de colonisation en Ouganda, est devenu un Juif autoproclamé, un Omuyudaya.

Il avait décidé de se concentrer davantage sur sa foi après s’être brouillé avec les Britanniques, surtout lorsqu’ils ne lui ont pas accordé son ambition de devenir le premier roi du royaume de Busoga (l’une des cinq monarchies constitutionnelles de l’Ouganda actuel).

M. Kakungulu a commencé à avoir des disciples et à produire des enfants. Ces enfants ont également élevé des enfants identifiés comme juifs, qui ont finalement rencontré des juifs blancs. Ces Juifs blancs ont ensuite aidé l’Abayudaya (qui se traduit par « peuple de Juda ») à être plus universellement acceptée comme juive.

Mais les choses ont tourné au vinaigre pour l’Abayudaya après la mort de Kakungulu en 1928. Outre les luttes de pouvoir et les désaccords théologiques, les Abayudaya ont commencé à être persécutés dans les années 1970 sous le régime de l’ancien dictateur ougandais Idi Amin. Plusieurs centaines de milliers de personnes auraient été tuées pendant les huit années du régime d’Amin.

Célèbre pour son antisémitisme, Amin, juste après son arrivée au pouvoir, a interdit le judaïsme en Ouganda et a détruit toutes les synagogues du pays, y compris la première synagogue Namutumba qui a été construite en 1919, selon un rapport du Jewish Museum London.

Sous son régime cauchemardesque, l’Abayudaya organisait les cultes dans des grottes et des buissons jusqu’à ce qu’Amin soit renversé et que la liberté de religion soit rétablie dans le pays, ajoute le rapport. En 1979, la même année où il a été renversé, une nouvelle synagogue Namutumba a été construite pour les services religieux de l’Abayudaya. Dès lors, l’Abayudaya a commencé à bénéficier du soutien financier et religieux des émissaires, qui ont même payé pour que Gershom Sizomu Wambedde, aujourd’hui grand rabbin de l’Abayudaya, se rende en Amérique pour suivre une formation de rabbin.

Pendant son séjour en Amérique, Wambedde, qui est également aujourd’hui membre du parlement ougandais, a rencontré le président des États-Unis avant de revenir pour diriger son peuple et de participer à un concours pour entrer dans la maison de la législation de son pays.

Aujourd’hui, les Abayudaya, qui sont répartis dans six villages des environs de Mbale, vaquent à leurs occupations quotidiennes tout en s’engageant dans le judaïsme traditionnel. Encore peu connus en Ouganda, ils observent le jour de repos juif (le sabbat), le massacre rituel, lisent la Torah le lundi et le jeudi et étudient régulièrement des textes. La communauté a également créé deux écoles – l’école primaire Hadassah et le lycée Semei Kakungulu – pour permettre aux jeunes d’apprendre l’hébreu et le judaïsme.

Récemment, l’Agence juive pour Israël, la plus grande organisation juive à but non lucratif au monde, a reconnu sans condition l’Abayudaya comme étant juive. Cependant, le ministère de l’intérieur israélien n’a pas encore reconnu la communauté Abayudaya comme juive, principalement parce qu’elle n’est pas convertie sous les rabbins orthodoxes.

Publicité 2

Le Times of Israël a rapporté en 2018 que « la plupart des Abayudaya ont été officiellement convertis entre 2002 et 2008 sous les auspices de rabbins conservateurs américains. Ils ne sont pas reconnus comme juifs par le rabbinat en chef d’Israël, mais selon la loi du retour, ils devraient être automatiquement éligibles à la citoyenneté. »

En 2018, les Abayudaya ont fait des progrès en ce qui concerne leurs liens avec Israël lorsqu’ils ont envoyé leur premier groupe de jeunes de la communauté en Israël pour un voyage Birthright.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page