Divers

L’histoire touchante de Marieme et Ndeye, les sœurs siamoises qui luttent pour leur vie (vidéo)

Un père sénégalais est aux prises avec une décision qu’aucun parent ne devrait jamais prendre. Il doit décider du sort de ses bébés siamois.

Ibrahima Ndiaye et son épouse ont donné naissance à leurs enfants le 18 mai 2016. Aujourd’hui, Marieme et Ndeye, qui ont presque 3 ans, se battent pour rester en vie. Le cœur de Marieme est devenu si fragile qu’elle doit dépendre de sa sœur pour vivre.

Si Marieme meurt, Ndeye mourra aussi. Leur père doit décider de séparer ou non les filles.

Les bébés siamois sont très rares. La condition survient lorsque l’embryon ne se sépare que partiellement pour former deux bébés et n’apparaît que chez environ une naissance sur 200 000, selon les experts.

Publicité

Au Sénégal, où les filles sont nées, il n’y avait pas de médecins spécialisés pour s’occuper de ces cas. Leur père s’est donné pour mission de trouver quelqu’un qui pourrait aider les filles et éventuellement les séparer.

L’histoire touchante de Marieme et Ndeye, les sœurs siamoises qui luttent pour leur vie (vidéo)

Ndiaye a finalement trouvé un hôpital au Royaume-Uni qui a accepté de voir les filles. Leur mère s’est rendue à Londres avec sa famille, puis est retournée au Sénégal pour s’occuper de son autre enfant.

Le père et les filles sont restés à Londres où ils ont décidé de demander l’asile pour assurer la sécurité et le bien-être des jumelles.

Selon Ndiaye, la vie de ses enfants était en danger au Sénégal. « Les gens pourraient y voir une punition de la part de Dieu ou croire que c’est de la sorcellerie » a-t-il déclaré à la BBC.

« Ce point de vue est très répandu. Il y a des sacrifices dangereux et certains enfants peuvent être pris pour cible », a-t-il poursuivi. « Les gens ne verraient pas Marieme et Ndeye comme des bébés siamois. Ils les verraient comme un bébé avec deux têtes et leur vie serait en danger ».

Quel est l’état des filles ?

Au printemps 2017, les médecins ont informé la famille que le cœur de Marieme était trop faible pour tenter une chirurgie de séparation.

Les filles ont chacune un cerveau sain, un cœur et des poumons. Elles partagent un foie, une vessie et un système digestif. Elles partagent également un bras commun. Chacune a un estomac.

L’histoire touchante de Marieme et Ndeye, les sœurs siamoises qui luttent pour leur vie (vidéo)

Comme la plupart des tout-petits, elles sont toujours joyeuses et aiment chanter. Elles ne peuvent pas marcher.

Chaque jour qui passe, Marieme s’affaiblit. Elle reçoit de l’oxygène du cœur de Ndeye et de la nourriture de leur estomac.

La situation a commencé à mettre le corps de Ndeye à rude épreuve.

L’an dernier, les médecins ont dit que si les filles ne sont pas séparées et que Marieme meurt subitement, il serait trop tard pour sauver Ndeye.

Publicité 2

Ndiaye doit prendre la décision de laisser les médecins tenter de séparer les jumelles. Mais ils risquent de perdre l’une d’elle, voire les deux.

Que va-t-il faire ?

Pour l’instant, il n’est pas prêt à prendre cette décision. Ndiaye dit qu’il essaie de gérer la situation du mieux qu’il peut. Il passe ses journées à s’occuper de ses filles. Il n’a ni emploi ni salaire, et la famille n’a pas de domicile permanent à Londres.

« Pour être honnête, je trouve la vie ici très humiliante, sans emploi ni salaire. Mais j’essaie d’utiliser cette période difficile pour devenir une meilleure personne. Je dois traverser cette période difficile avec dignité.

Pour moi, j’ai besoin de savoir, dans mon cœur, que j’ai tout fait pour eux, que je leur ai fourni la sécurité et les meilleurs soins de santé possibles. Quand je me regarde dans le miroir, j’ai besoin d’être en paix. Au-delà de ça, je n’ai aucun contrôle.

L’avenir est incertain, mais mes filles se battent tous les jours pour la vie et je me sens très heureux. J’ai découvert par leur vie ce qu’est la vie. Mes filles sont des guerrières et le monde a besoin de le savoir », a-t-il souligné.

Crédit photo : theblaze

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page