Europe

L’histoire touchante de Neeva et Nelly, les sœurs siamoises qui ne peuvent jamais être séparées (vidéo)

Neev et Nelly sont des sœurs jumelles qui ont survécu des années au-delà de ce que les médecins avaient prédit.

Les sœurs siamoises, d’Amsterdam, âgées de 18 ans, sont reliées par la tête, mais chacune possède son propre cerveau et son propre corps. Quand elles sont nées, les médecins avaient déclaré qu’elles ne vivraient pas jusqu’à l’âge de 10 ans.

L’histoire touchante de Neeva et Nelly, les sœurs siamoises qui ne peuvent jamais être séparées (vidéo)

Publicité

Neeva et Nelly ne peuvent pas être séparées parce qu’elles partagent une artère principale dans la tête qui les maintient en vie. Mais les jumelles s’en sortent très bien et affirment qu’elles ne veulent pas être séparées.

En tant que jumelles Craniopagus, les filles sont un phénomène médical, représentant seulement deux à six pour cent des jumeaux conjoints dans le monde.

Elles ont créé leur propre chaîne YouTube et leur propre page Instagram pour sensibiliser les gens à leur condition et leur montrer qu’elles sont bien plus que de simples « filles handicapées ». Neeva et Nelly ont un lien indissoluble.

« Quand nous étions des bébés, tout le monde pensait que nous allions mourir. Mais nous sommes encore en vie. Nous avons 18 ans et on se tient debout sur nos quatre pieds », a déclaré Nelly citée par dailymail.

«  Nos corps sont séparés, mais nous sommes reliées par la tête. Tout le monde pense que nous pouvons lire la pensée de l’autre. Mais on ne peut pas. Nous avons nos propres pensées. Ça veut dire qu’on peut tous les deux faire ce qu’on veut comme marcher et parler », a ajouté Neeva.

L’histoire touchante de Neeva et Nelly, les sœurs siamoises qui ne peuvent jamais être séparées (vidéo)

En raison du manque de ressources médicales là où elles sont nées au Suriname, en Amérique du Sud, les filles ont dû s’installer aux Pays-Bas pour des soins plus urgents et spécialisés. Mais malgré la volonté de leurs parents, elles ne peuvent pas être séparées.

L’approvisionnement en sang de leur cerveau est tellement enchevêtré qu’il serait mortel de tenter de les séparer.

La sœur des jumelles, Rosianne Kolestein, 24 ans a déclaré : « Nous nous sommes installés au Pays-Bas car il y avait une petite chance de les séparer au début. C’est ce que nos parents voulaient, ils voulaient une vie meilleure pour elles. La vie à Suriname était difficile. Les gens ont commencé à s’éloigner de notre famille, ils pensaient que leur condition pouvait être une sorte de vaudou.

L’histoire touchante de Neeva et Nelly, les sœurs siamoises qui ne peuvent jamais être séparées (vidéo)

Mais les médecins ont fait plus d’examens et se sont rendus compte qu’il n’était pas possible de les séparer. Elles partagent d’importants vaisseaux sanguins et veines. Elles ont une artère qui les maintient en vie. Pour les séparer, il faudra la couper, ce qui les tuerait ».

Les jumeaux craniopagus peuvent être séparés dans une série d’opérations compliquées, et un certain nombre de cas ont été rapportés dans les médias.

Publicité 2


Cependant, les risques de séparation sont si élevés qu’ils peuvent malheureusement causer la mort pendant ou peu de temps après l’opération, ainsi que des lésions cérébrales.

L’histoire touchante de Neeva et Nelly, les sœurs siamoises qui ne peuvent jamais être séparées (vidéo)

Lori et George Schappell, nées en 1961, seraient les jumelles craniopagus qui ont survécu le plus longtemps. Elles sont toujours unies à l’âge de 58 ans.

Crédit photo : dailymail

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer