Côte d'Ivoire

Libération conditionnelle de Laurent Gbagbo: quatre chefs d’État africains formulent la demande

Il y a quelques jours, le Président guinéen Alpha Condé a effectué une visite officielle en France au cours de laquelle il s’est entretenu avec son homologue français François Hollande.

En marge des discours et des déclarations officielles, Alpha Condé a formulé une demande adressée à François Hollande et soutenue par trois autres présidents ouest-africains. Il s’agit du Nigérien Mahamadou Issoufou, du Malien Ibrahim Boubacar Keïta et du Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

Libération conditionnelle de Laurent Gbagbo: quatre chefs d’État africains formulent la demande

Credit photo: AFP

Cette demande concerne Laurent Gbagbo, ancien président ouest-africain, incarcéré depuis novembre 2011 au quartier pénitentiaire de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye (Pays-Bas), sous l’accusation de crimes contre l’humanité. Son procès, qui s’est ouvert en janvier 2016, pourrait durer au moins quatre ans, en raison notamment des 138 témoins à auditionner.

Le message portée par le président Condé au nom de certains homologues chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest serait d’œuvrer pour une liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo.

« Alpha Condé a évoqué cette situation avec moi. Rien de plus. » a lancé François Hollande qui s’est montré concis. « La CPI travaille en toute indépendance », a-t-il ajouté.

Contacté, le président guinéen se veut prudent. « On ne peut pas changer la CPI et ma position m’interdit toute ingérence dans des affaires nationales ivoiriennes et dans une procédure en cours devant une juridiction internationale », dit le chef de l’Etat guinéen.

 

« Cette demande des chefs d’Etat me semble inappropriée, car cela apparaîtrait comme une immixtion politique », dit Jean-Paul Benoit, avocat d’Alassane Ouattara puis de la Côte d’Ivoire, qu’il défend aux côtés de Jean-Pierre Mignard, ce dernier étant par ailleurs parrain de deux des enfants de M. Hollande. « Il est vrai que les procédures à la CPI sont longues, trop longues. Mais les trois magistrats qui jugent Laurent Gbagbo sont indépendants et n’ont que faire d’une prétendue solidarité socialiste de chefs d’Etat », ajoute l’avocat.

Les juges de la CPI ont déjà refusé à onze reprises les demandes de liberté conditionnelle pour M. Gbagbo – la dernière fois en mars

Pour Abidjan, la position de la présidence de la République reste la même : « Nous ne voyons pas, à ce stade, de raisons qui pourraient justifier une liberté conditionnelle. Nous nous y opposerons », indique un conseiller du président Alassane Ouattara.

Pour les quatre chefs d’Etat ouest-africains, c’est la dernière demande qu’ils feront à leur « camarade » Hollande, dont le mandat s’achève bientôt. Il convient de dire que Laurent Gbagbo avait donné son avis sur le président français dans un ouvrage coécrit derrière les barreaux : « Je n’en ai jamais rien attendu, et je n’en attends rien. »

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Mais si bien vrai qu’Alpha a fait sa devant moi c’est bon et excellenment bon puisque l’Afrique nous savons naturellement se qui nous fragilise est le jet de la peau de banane au pied , les provocations . Donc nous Africains devrons passer par le pardon rien par le pardon , pour parvenir a la reconcilliation , et celui qui pardone sache ces fautes barbares , et celui a qui on pardon sache qu’il est taquin . Que l’Afrique cesse de regarder comme les autres nations des autres mondes , que les victimes commencent le pardon et tout en soustrayant de leur pense la sous estimation , cesse l’idee de vengence je vous l’assure cela rendra notre conscience plus pure et montrer a ces barbares laurent qu’on peu mais on t’as excuse malgre tu ns ais reste malhonntte qu’en cote d’ivoir qu’en Afrique entiere. Et cela particularisera notre statut de conscience l’Afrique doit innovee de nouveau comportement . L’Afrique doit pardonee depui les Annees 1957-2017, car l’Afrique commence a trouvee sa maturation democratique .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer