Divers

Licenciée de l’ONU pour avoir refusé d’être la maîtresse du patron, elle raconte sa descente aux enfers (vidéo)

Pendant 19 ans, la vie d’Alice Achieng ressemblait à un conte de fée : elle avait un emploi de rêve, deux adorables enfants et des investissements.

Lorsqu’elle a été embauchée à l’ONU, sa vie a pris une bonne trajectoire et elle a commencé à amasser des biens. Alors qu’elle parcourait le monde pour apporter une aide humanitaire dans les zones de crise et distribuer des denrées alimentaires, rien ne lui faisait croire qu’un jour elle ne pourrait plus s’offrir le même bonheur.

Publicité

Son patron a commencé à lui faire des avances romantiques et elle les refuse. En l’espace d’une année, la veuve qui a perdu son mari en 1997 a vu son empire s’effondrer.

« Je n’étais pas vraiment inquiète lorsque j’ai perdu mon emploi, car j’avais investi. La réalité m’a frappée lorsque j’ai commencé à perdre mes actifs. J’ai vendu mes terrains pour payer la maison que j’avais hypothéquée », a-t-elle confié à Kevin Momanyi de TUKO.co.ke.

En 2013, lorsqu’elle a reçu sa lettre de licenciement, sa valeur nette était d’environ 100 millions de shillings kényans. Après avoir eu quatre voitures et une maison qu’elle appelait la sienne, la grand-mère d’un enfant a compris que sa vie avait basculé en 2015 lorsqu’elle a perdu sa magnifique maison.

« J’avais déjà payé 50 millions pour la maison et le solde de 4 millions de KSh était facile à régler pour moi, même sans emploi. Mais la banque m’a donnée une semaine pour rembourser les 4 millions. Comme je n’ai pas été en mesure de le faire, ils ont vendu ma maison aux enchères », a déclaré Alice, les larmes aux yeux.

Ses 19 années de travail se sont envolées en fumée sous ses yeux sans qu’elle ne puisse rien faire.

L’effet sur les enfants

Cela a également eu des conséquences sur ses enfants, qui n’ont pas seulement pu continuer à vivre la vie dans laquelle ils avaient grandi, mais ont également commencé à faire face à des problèmes de frais de scolarité.

« Il n’y a rien de plus douloureux pour une mère que de savoir que ses enfants ont besoin d’aide et que vous ne pouvez rien faire pour les aider », explique-t-elle. A cause de son état d’esprit, elle a commencé à perdre le lien qu’elle avait avec ses enfants. Depuis que sa vie s’est effondrée, elle a perdu du poids, de l’estime de soi et des amis de longue date, il ne lui reste que le sourire qui masque la douleur et la solitude qu’elles resens.

Publicité 2

De douloureuses leçons apprises

Après être passée de la possession d’une maison de six chambres à la location d’une seule chambre Alice a compris que les amis ne sont présents dans la vie que lorsque tout va bien.

Crédit photo : tuko

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page