Afrique

Mozambique: des citoyens étrangers disparaissent après une attaque des militants islamistes

Une soixantaine de personnes, pour la plupart des citoyens étrangers, ont disparu à la suite d’une embuscade meurtrière contre leur convoi par des militants islamistes dans le nord de la Mozambique.

Des militants islamistes qui seraient affiliés au groupe terroriste Isis auraient attaqué Palma, une ville de la Mozambique, le mercredi 24 mars, entraînant jusqu’à présent cinq jours de combats.

L’attaque de Palma, dans la province de Cabo Delgado, est l’endroit où de nombreux entrepreneurs étrangers travaillent pour un projet de gaz naturel liquéfié de plusieurs milliards de dollars géré par la compagnie énergétique française Total.

Publicité

Selon les rapports, seuls sept véhicules d’un convoi de 17 personnes sont parvenus à la sécurité après l’attaque de vendredi, avec sept morts confirmés et de nombreux blessés dans les véhicules récupérés.

Des travailleurs étrangers d’Afrique du Sud, de Grande-Bretagne et de France logeraient dans des hôtels ciblés. On estime que 200 travailleurs étrangers se trouveraient dans le seul hôtel Amarula.

Après une tentative infructueuse de s’échapper par la mer de leurs hôtels, un convoi de véhicules a tenté de fuir l’hôtel assiégé et d’atteindre la côte avant d’être pris en embuscade à deux reprises.

L’une des victimes, qui a été tuée dans le convoi, a été identifiée dans les médias sud-africains comme étant Adrian Nel. Il aurait été tué lorsque lui, son père et son jeune frère ont rejoint le convoi qui tentait de s’échapper de l’hôtel Amarula Lodge.

Le corps de Nel et les membres de sa famille ont finalement été secourus par hélicoptère samedi matin et emmenés à l’installation de gaz naturel liquéfié d’Afungi, à proximité, en cours de construction par Total.

Sa mère, Meryl Knox, a déclaré à l’Agence-France Presse: «Alors qu’ils quittaient [l’hôtel], ils ont été pris dans une embuscade. Ils ont tiré sur mon fils ”.

“Il n’y a aucun moyen de décrire ce que vous ressentez lorsque vous recevez de telles informations. C’est juste dévastateur, engourdissant le corps, engourdissant l’esprit. « 

Dans un enregistrement, un entrepreneur décrit les séquelles de l’embuscade en déclarant: «Cette chose que Pierre décrivait. C’était 17 véhicules. Nous connaissons beaucoup de personnes impliquées dans ce convoi.  Dix-sept véhicules ont quitté Amarula ”.

Seuls sept des véhicules ont réussi. Dans ces sept véhicules qui ont traversé, sept personnes ont été tuées. Un bon nombre d’entre eux avaient été blessés par balle, mais ils sont toujours en vie ”.

“Les 10 autres véhicules n’ont jamais réussi. Ils sont portés disparus et sont pratiquement tous supposés morts. »

Publicité 2

Entre 50 et 60 personnes, considérées principalement comme des ressortissants étrangers, se trouvaient dans les 10 véhicules disparus.  On craint qu’ils soient tous morts dans l’attaque dans ce que l’ambassade américaine à Maputo appelle une «situation horrible».

Un porte-parole des forces de défense et de sécurité du Mozambique a confirmé la mort de sept personnes dans le convoi, dont des étrangers, ajoutant que des centaines d’autres personnes, à la fois locales et étrangères, avaient été secourues de la ville.

Omar Saranga a ajouté que «des dizaines» d’autres personnes avaient été tuées dans la ville pendant les combats.

 Un porte-parole du Bureau britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement a déclaré: «Notre haut-commissariat à Maputo est en contact direct avec les autorités de Cabo Delgado pour rechercher d’urgence de plus amples informations sur ces rapports ».

L’agence humanitaire Save the Children a rapporté que des militants islamistes liés à l’Etat islamique décapitaient des enfants d’à peine 11 ans dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page