Questions Africaines

Question africaine 52 : Black lives matter, pourquoi l’Afrique reste-t-elle en marge des dénonciations ?

Mes amis,

Le Directeur de l’institut Panafricain de Stratégie s’en est offusqué, bien qu’à demi mot : l’Afrique reste sourde aux appels à manifester contre le racisme sous ses pires formes. Comme tout le monde, Tidiane Gadio a suivi les mouvements de colère qui sont partis de Minneapolis pour essaimer à travers le monde. Liste interminable des Noirs tués par la violence légale, casses, pillages affrontements, puis marches et symbole du genou à terre.

Publicité

La rage a fait place à des marches qui ont actualisé bien des crimes que ce monde s’offrait le luxe d’oublier, comme celui d’Adama Traoré en France en juillet 2016. S’il faut dire non aux excès, autant dénoncer aussi les violences des hommes en armes, surtout quand elles prennent l’affreux visage de la discrimination et du racisme.

Sauf que dans cette affaire où le Noir est coupable de ne pas être Blanc, l’Afrique, qui a été Charlie en 2015, au point d’en pleurer, n’est pas du tout Floyd. Et on ne peut que se demander d’où viennent les causes pour lesquels nos leaders et nous-mêmes nous engageons, surtout quand nos footballeurs se sont vu traiter de macaques sur mille terrains. Attendons-nous une dictée ? De qui ou de quoi ? Y aurait-il un faussé trop grand entre ceux qui ont construit l’Amérique et ceux qui sont restés en Afrique mère ? Désapparentement ? Déchirement ?

Il y a, en tous les cas, une solidarité insuffisante des Africains qui parle contre l’Afrique, malgré la condamnation de Moussa Faki Mahamat pour le compte de l’UA. Cette faible prise de position nous soustrait d’un débat qui nous colle pourtant à la peau et qui est aussi vieux que notre rencontre des autres. Tidiane Gadio le dit, c’est la continuité de l’esclavage.

Alors que Houston se prépare à rendre un ultime hommage à George Floyd, le Black mort de trop, et entré dans l’histoire bien malgré lui, nos Chefs d’État, nos activistes, nos leaders d’opinion devraient envoyer au monde, qui brave la Covid-19 pour dire “Non !”, un message plus clair, plus solidaire, plus fort.

Publicité 2

Quelle analyse faites-vous de la non participation de l’Afrique face à la tragédie Floyd et au mouvement Black Live Matter ?

Dr Christian TIDOU

Dans ces Questions Africaines (QA), l'universitaire et chroniqueur Christian Tidou, croque l'actualité du continent à la lumière de l'histoire du Contient et de ces défis actuels. Vos avis l'intéressent pour secouer les inerties. Rejoingnez-le sur AFRIKMAG.COM.

Articles similaires

2 commentaires

  1. L’Afrique n’est pas encore prêt pour la liberté. Il ne reconnaît pas encore sa valeur . mais le jour où il va vouloir se réveiller ça serai trop tard. La solidarité est dans la bouche mais pas dans les actes.

  2. RDC/KASAÏ ORIENTAL/
    VILLE : MBUJI MAYI /
    TERRITOIRE : DE MIABI (le villagois).
    JE SUIS CONGOLAIS , MUENA MPUKA…
    les blacks ne sont pas d’animaux , et jusqu’à quand les blancs continueront_ils avec ca?
    et en plus,
    ns regardons au souche et jusqu’àlors il ya eu des grosses evolutions malgré tout.
    MAIS J’ADRESSE CECI AUX BLACK:
    il n’est plus temps, de courbés nos têtes devant cette race pourie de blanc.
    ns avons nos propres droits, et ns devrions pouvoir fairent la part de choses?
    en plus, il est temps que ns assumons nos responsabilités,
    #laissez moi, vs reconfortez
    l’AFRIQUE : tu n’est plus un pétit de course. ainsi que moi
    MARDOCHEE LE MULUBA je declare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page