AfriqueR.D Congo

R.D Congo: le virus Ebola tue une femme 3 mois après le dernier cas

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo se précipitent pour contenir une éventuelle épidémie d’Ebola, après qu’une femme soit décédée du virus près de la ville orientale de Butembo.

La femme a présenté des symptômes le 1er février dans la ville de Biena, au Nord-Kivu. Elle est décédée à l’hôpital de Butembo deux jours plus tard. Elle était mariée à un homme qui avait contracté le virus lors d’une épidémie précédente.

Publicité

«C’était un agriculteur, l’épouse d’un survivant d’Ebola, qui a montré des signes typiques de la maladie le 1er février», a déclaré le ministre de la Santé Eteni Longondo à la télévision d’Etat RTNC.

Le virus peut vivre dans le sperme de survivants masculins pendant plus de trois ans, selon une étude du New England Journal of Medicine. «L’équipe d’intervention provinciale travaille déjà d’arrache-pied. Il sera soutenu par l’équipe nationale d’intervention qui se rendra prochainement à Butembo », indique le communiqué du ministère de la Santé.

L’annonce marque potentiellement le début de la douzième épidémie d’Ebola au Congo depuis la découverte du virus près de la rivière Ebola en 1976, soit plus du double de tout autre pays.

Les symptômes sont sévères: forte fièvre et douleurs musculaires suivies de vomissements et de diarrhée, éruptions cutanées, insuffisance rénale et hépatique, saignements internes et externes.

Cette mort survient trois mois après que le Congo ait annoncé la fin de sa onzième épidémie, à des centaines de kilomètres à l’ouest, qui a infecté 130 personnes et en a tué 55 autres.

L’utilisation généralisée des vaccins contre Ebola, qui ont été administrés à plus de 40 000 personnes, a contribué à enrayer la maladie. Cette épidémie dans l’ouest du pays a chevauché une épidémie antérieure dans l’est qui a commencé en 2018 et s’est terminée en juin. Elle a tué plus de 2 200 personnes, le deuxième plus grand nombre de l’histoire de la maladie.

Elle a été aggravée par des défis sans précédent, notamment un conflit enraciné entre des groupes armés, la plus grande épidémie de rougeole au monde et la propagation de Covid. L’émergence d’un plus grand nombre de cas pourrait compliquer les efforts d’éradication de la Covid-19, qui a infecté 23 600 personnes et tué 681 personnes en République démocratique du Congo. Une campagne de vaccination devrait démarrer au premier semestre de cette année.

«Bien qu’il y ait un espoir que cette identification précoce d’une infection puisse aider à contenir rapidement cette épidémie, des épidémies consécutives d’Ebola et de Covid-19 ont poussé les systèmes de santé congolais à la limite, ce qui pourrait mettre beaucoup plus de pression sur un pays déjà exaspéré. », a déclaré Jason Kindrachuk, professeur adjoint au département de microbiologie médicale et des maladies infectieuses de l’Université du Manitoba du Canada, et qui mène des recherches sur les survivants de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest de 2014-2016.

Les forêts équatoriales du Congo sont un réservoir naturel du virus Ebola, qui provoque de graves vomissements et diarrhée et se propage par contact avec des fluides corporels tels que le sang, les vomissures et le sperme.

Publicité 2

Dans un communiqué publié dimanche, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il n’était pas inhabituel que des cas sporadiques se produisent à la suite d’une épidémie majeure et que les précédentes réponses à Ebola facilitaient déjà la gestion de celle-ci.

Le Congo a souffert de plus d’un quart de siècle de conflit et la méfiance à l’égard des agents de santé du gouvernement et d’autres étrangers est élevée dans l’est du Congo. Les habitants de Butembo se demandent déjà pourquoi il a fallu quatre jours à partir du moment où la femme a été testée pour annoncer les résultats.

Le taux de mortalité moyen d’Ebola est d’environ 50% mais cela peut atteindre 90% pour certaines épidémies, selon l’Organisation mondiale de la santé.

On pense que le virus qui cause le virus Ebola réside chez les chauves-souris.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page