Monde

Royaume-Uni : Un ancien soldat ghanéen poursuit en justice l’armée britannique

Un ancien soldat ghanéen basé au Royaume-Uni a engagé des poursuites contre l’armée britannique pour ne l’avoir pas protégé de l’hiver, rapporte Ghanaweb.

Michael Asiamah, 36 ans, affirme qu’il a souffert d’une infection « lié au froid »  après que des officiers n’aient pas réussi à lui fournir des vêtements chauds au cours d’un exercice qui a duré 18 heures dans le vent glacial.

Publicité

Dans sa plainte, il accuse l’armée de l’avoir exposé au froid alors qu’elle savait que les personnes d’origine noire des Caraïbes et d’Afrique sont plus susceptibles d’être victimes du froid.

Il a déclaré à la Haute Cour que les exercices sur la plaine de Salisbury et le champ de bataille de Naseby dans le Leicestershire lui avaient causé des engourdissements et des douleurs.

Il a révélé que ses supérieurs ne l’avaient pas averti d’apporter des gants, des chaussettes d’hiver et des bottes pour l’exercice de mars 2016, et quand il leur a parlé de sa vulnérabilité au froid, on lui a dit de continuer.

L’ancien soldat qui dirige maintenant une église évangélique près de chez lui à Tidworth, Wiltshire, avait servi dans le corps de l’adjudant général jusqu’en octobre 2016.

Les documents remis au tribunal citent une étude réalisée en 2009 selon laquelle les soldats noirs de l’armée britannique sont 30 fois plus susceptibles que leurs collègues blancs d’être blessés par le froid.

Les responsables de l’armée affirment que M. Asiamah a reçu les vêtements appropriés pour les exercices. Ils pourraient contester la réclamation de l’ancien soldat.

Crédit photo : dailymail

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer