Côte d'Ivoire

Séquestration et bastonnade de 2 ivoiriennes au Maroc, les autorités se saisissent de l’affaire

Depuis le week-end dernier, les autorités ivoiriennes ont décidé de rompre le silence. Ces autorités ivoiriennes via le ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur ont finalement réagi suite à l’affaire des deux ressortissantes ivoiriennes qui ont été séquestrées et bastonnées au Maroc par une femme dont l’identité n’a pas été révélée mais originaire de l’Afrique centrale.
Ally Coulibaly le directeur du cabinet du ministre a indiqué dans un communiqué que le  le Directeur général des Ivoiriens de l’Extérieur a été dépêché au Maroc non seulement pour s’enquérir de la situation, mais aussi pour prendre les mesures qui s’imposent dans les plus brefs délais.

«Le ministre Ally Coulibaly a, conséquemment, instruit le Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur qui s’est rendu sur place et a pris attache avec l’Ambassade de Côte d’Ivoire au Maroc pour s’enquérir de la situation et proposer une assistance éventuelle » pouvait-on lire dans ledit communiqué.

D’après  le document, l’Ambassade de Côte d’Ivoire aurait entrepris les démarches nécessaires auprès des autorités marocaines, en vue d’apporter une assistance juridique et médicale à ses deux compatriotes qui ont été victimes de bastonnade et de séquestration. Il est également mentionné dans le communiqué que les enquêtes se poursuivent, à ce jour pour situer les responsabilités des parties en cause.

Le Directeur de cabinet, Diamoutené Alassane Zié assure enfin que l’Ambassade de Côte d’Ivoire suit au quotidien l’évolution de cette affaire.

C’est grâce au soulèvement des ivoiriens au Maroc que les deux jeunes compatriotes ont été libérées des mains de leur bourreau qui serait une dame originaire d’Afrique centrale, précisement du Cameroun, dont l’identité reste  encore un mystère.

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page