À la UneAfriqueCôte d'IvoireSantéSociété

SIDA : le projet ECHO lancé pour mieux former les acteurs de la santé sur la maladie

Le projet ECHO (Extension for Community Healthcare Outcomes), a été lancé officiellement, le mercredi 30 juin 2021 en Côte d’Ivoire, en présence de 51 participants par visio-conférence précisément au sein des locaux de la Direction de la santé et de l’action sociale des armées (DSASA) du ministère d’Etat, ministère de la défense.

Un projet conduit par PSI et le PEPFAR en partenariat avec CSLS, ce projet est une initiative d’enseignement à distance par visioconférence (à partir des NTIC) élaborée par l’Université de New Mexico aux Etats-Unis. Construite sur un modèle de promotion des meilleures pratiques et un apprentissage basé sur l’étude de cas, elle a pour but le développement de l’expertise locale par le renforcement des interactions entre les prestataires les moins expérimentés et des experts dans une relation de mentorat.

Publicité

Le projet ECHO, aux dires de Mme Marie Fedra Baptiste, représentante-résidente de PSI Côte d’Ivoire, offre une opportunité de formation à distance et un mentorat supplémentaire pour le renforcement des connaissances et des aptitudes des prestataires (médecins et non médecins) avec pour effet de fournir des services de qualité (Traitement ARV et maintien dans les soins) aux personnes vivant avec le VIH/Sida.

De façon globale, le projet vise à contribuer au renforcement des capacités des prestataires de soins par l’apprentissage continu à distance et le mentorat clinique pour fournir des services et soins de qualité aux PVVIH en vue du contrôle de l’épidémie du VIH.

Publicité 2

Spécifiquement, il s’agira d’accroître la couverture de soins et traitements du VIH et des infections opportunistes pour les enfants, les adultes et les femmes enceintes en assurant en routine et à distance, la formation continue et le mentorat clinique des médecins, infirmiers, sages-femmes et autres prestataires sur les sites de prise en charge des PVVIH dans les zones urbaines et rurales. Ensuite, mettre en place une approche durable de mentorat clinique pour le traitement du VIH avec un minimum de ressources et la pleine implication du Ministère en charge de la Santé. Renforcer les liens entre les prestataires de soins, les Directions Régionales et Départementales et le niveau central du Ministère en charge de la Santé. Répondre aux besoins de formation tout en réduisant les coûts liés aux déplacements et à l’absence des prestataires de leurs postes. Et enfin, favoriser le développement professionnel continu des ressources Humaines de santé par l’acquisition de systèmes de crédits.

Pour le Médecin-Général Kouamé Messou, Directeur de la santé et de l’action sociale des armées, il a tenu à remercier PSI Côte d’Ivoire et le PEPFAR pour ce projet qui va offrir une opportunité de formation des ressources humaines pour une prise en charge adéquate des PVVIH conformément à l’objectif de contrôle de l’épidémie de Sida en Côte d’Ivoire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page