Afrique

Tina Akello: la Kényane qui gagne sa vie en maquillant les morts

Ayant grandi à Budalangi, Tina Akello, 33 ans, voulait devenir une soldate.  Elle n’envisageait pas de travailler dans une morgue, mais sa vie a pris une autre tournure lorsque sa meilleure amie est décédé en 2016.

Tina, qui a déménagé à Mombasa en 1999, fait partie des milliers de Kényans dont les entreprises se sont effondrées en raison de la crise COVID-19 qui a touché le monde entier. 

Publicité

Avec la pandémie, seuls les agents de santé sont chargés de conserver les cadavres qui sont enterrés à la hâte dans les 48 heures selon les directives du ministère de la Santé.  Avant la crise, Tina a déclaré à TUKO.co.ke qu’elle visiterait différentes morgues de la région pour embellir les cadavres avant leur enterrement.

Tina Akello: la Kényane qui gagne sa vie en maquillant les morts

« Elle était ma seule meilleure amie que j’adorais beaucoup.  J’étais sa maquilleuse lors de son mariage “, a raconté Tina. À sa mort, j’ai été chargée d’embellir son corps avant son enterrement. C’est ainsi que j’ai commencé à embellir des cadavres avant leur enterrement “, a-t-elle expliqué.

C’est un travail qu’elle a appris à aimer et à apprécier. Cependant, pour le moment, Tina, mère célibataire a du mal à joindre les deux bouts et à mettre de la nourriture sur la table pour ses deux enfants.

La maquilleuse et coiffeuse a déclaré que depuis que le  virus a frappé le pays, elle n’a pas pu obtenir un seul client de son travail qui est perçu comme inhabituel par de nombreux Kényans.

Tina Akello: la Kényane qui gagne sa vie en maquillant les morts

« Je suis fière de mon travail … J’ai commencé ce travail en 2016. “, a expliqué Tina.

Selon elle, elle avait été approchée par une famille de Nairobi qui avait perdu deux parents dans un accident.  Les familles voulaient qu’elle rende les cadavres magnifiques lors de leur dernier voyage.

Elle a ajouté que de nombreuses personnes connaissent ses services et elle obtient de nombreuses références un peu partout dans le pays.  Mais les affaires sont au ralenti depuis que les gens ne sont plus autorisés à visiter les morgues et elle a été obligée de fermer son salon car elle ne pouvait plus payer le loyer.

Tina a en outre noté qu’avant que le monde ne soit frappé par la pandémie, elle se faisait assez d’argent , mais depuis cinq mois, elle n’a reçu aucune demande. 

Elle a ajouté que sa famille n’avait aucun problème avec le travail qu’elle faisait en ajoutant qu’elle la soutenait toujours. 

Publicité 2

Tina a en outre déclaré qu’elle maquillait non seulement les morts mais les nettoyait et les habillait également.

Dans la plupart des cas, elle reçoit des produits de maquillage à utiliser sur ses clients des membres de la famille.  Cependant, parfois, elle doit visiter la morgue et obtenir le bon teint du cadavre avant d’obtenir les bons produits qui correspondent à la couleur de leur peau.

« Quand je ne suis pas à la morgue pour maquiller les morts, je suis parfois dans mon salon à prendre soins d’autres clients”, a-t-elle déclaré. 

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page